Crédit : Photo AFP

Baseball

Garde partagée Montréal-Tampa : «la seule option envisageable»

Publié | Mis à jour

Affirmant que le dossier de la garde partagée entre Tampa et Montréal a fait d’énormes progrès, le propriétaire des Rays Stuart Sternberg estime qu’il s’agit de «la seule option possible» pour le club à compter de 2028.

Le club du baseball majeur possède un bail avec le Tropicana Field à St. Petersburg jusqu’au terme de la saison 2027, et souhaite évoluer dans deux stades neufs – en Floride et au Québec – à compter de la campagne suivante. 

Si Devimco Immobilier a dévoilé une maquette du projet pour le développement du bassin Peel sans stade, lundi, le président Serge Goulet avait toutefois indiqué que les discussions avec le groupe de Stephen Bronfman étaient toujours en cours. Il avait même indiqué que le dossier avançait.

Sternberg s’est d’ailleurs dit très optimiste, mardi, selon une entrevue réalisée par le quotidien «Tampa Bay Times». «Je ne suis pas seulement encouragé, mais également très heureux de la façon dont les choses progressent [à Montréal]», a dit le propriétaire.

Le temps s’écoule 

La situation semble moins intéressante en Floride. Sternberg, qui a acheté l’équipe il y a 15 ans et qui ne souhaite pas la vendre, continue toutefois de discuter avec les gens impliqués dans le dossier.

«Je garde toujours l’optimisme que les chefs d’entreprise locaux et les politiciens locaux vont réaliser la valeur d’avoir du baseball et le faire d’une façon qui a du sens financièrement et qui va rendre le projet plus robuste ici avec le complément d’être également à Montréal.»

Il doit toutefois y avoir des développements concrets dans le dossier de la construction d’un stade, que ce soit dans l’état américain ou la métropole québécoise.

«Nous approchons de 2028 et vous ne pouvez pas claquer des doigts et simplement faire apparaître le stade, a-t-il prévenu. Cela devient de plus en plus délicat chaque année. Cette année a certainement fait reculer les choses, mais heureusement, nous avons un groupe de personnes solides qui travaillent pour nous et nous avons un groupe de personnes très motivées à Montréal qui nous veulent.»

«Je crois que nous avons un plan qui a énormément de sens. Et nous allons tenter de le réaliser.»