Crédit : Photo AFP

F1

Un champion de monde en devenir

Publié | Mis à jour

Avant même d’accéder à la F1, George Russell était déjà considéré comme l’un des grands espoirs de la spécialité. La magistrale démonstration du remplaçant de Lewis Hamilton au Grand Prix de Sakhir n’a fait que confirmer qu’il est un champion du monde en devenir.

Bien sûr, vous allez dire que le Britannique de 22 ans s’est vu confier le volant de la meilleure monoplace du plateau. On vous donne raison. Mais cet avantage n’est pas un gage de réussite.

En d’autres termes, un mauvais pilote ne gagnerait pas au volant d’une Mercedes. Or, ce qu’a fait Russell en fin de semaine dernière est remarquable. Malgré un environnement inconnu et une voiture qui n’était pas idéalement adaptée à son imposant gabarit, il a frôlé une victoire qu’il méritait d’emblée.

Problème de communication

Son brillant parcours a été toutefois ruiné par un problème de communication radio (selon la version de Mercedes) qui a bousillé son arrêt au puits de ravitaillement quand la voiture de sécurité est intervenue.

Russell a gagné partout où il est passé. Après avoir ses classes en karting, il a été couronné champion de la série GP3 (ex-F3) en 2017 et titré en F2 dès l’année suivante.

À Bahreïn, il a livré un message clair à Mercedes et surtout à son coéquipier d’un week-end, Valtteri Bottas, à qui il pourrait ravir le baquet en 2022.

«Lewis va mieux»

Le patron de l’écurie Mercedes a donné lundi des nouvelles de Hamilton, qui, après avoir contracté la COVID-19, a dû déclarer forfait lors de cette deuxième escale à Bahreïn la semaine dernière.

«Lewis va mieux, a indiqué Toto Wolff par voie de communiqué. Si le pronostic des médecins est favorable, il pourrait subir un test négatif jeudi et obtenir l’autorisation de courir.»

Russell est donc en attente. Passer de la meilleure voiture à la pire n’est pas le scénario idéal pour boucler la saison. Mais son employeur actuel, Williams, est prêt à le libérer une autre fois si jamais le septuple champion du monde était indisponible.

Victorieux à Bahreïn, Sergio Pérez aura l’occasion de confirmer sa quatrième place au classement final des pilotes (derrière Hamilton, Bottas et Max Verstappen), dimanche à l’occasion du dernier Grand Prix de la saison à Abou Dhabi. Le Mexicain a récolté 125 points cette année contre 112 pour Daniel Ricciardo, le seul qui peut le déloger de cette position enviable.