Accident Formule Un

Crédit : Photo instagram

F1

«Pour mes enfants, je ne pouvais pas mourir» - Romain Grosjean

Publié | Mis à jour

Romain Grosjean est un miraculé. Le pilote de Haas a frôlé la mort dimanche dernier au Grand prix de Bahreïn, lorsque sa monoplace s’est enflammée.

Dans une entrevue accordée à SkySports, le Français est revenu sur les 28 secondes les plus longues de toute sa vie.   

«Quand le véhicule a arrêté de bouger, j’ai ouvert les yeux, j’ai détaché ma ceinture de sécurité et j’ai essayé de retirer le volant, mais il n’était plus là», raconte Grosjean, moins d’une semaine après l’accident en question.

«Je pensais que les commissaires de piste allaient arriver rapidement, mais lorsque je regardais à gauche et à droite, je ne voyais que du orange. Je me demandais : ''est-ce que c’est le soleil ou les lumières du circuit ?'' La visière sur mon casque a commencé à fondre et j’ai réalisé que c’était du feu.»

Le pilote a tenté une première fois de s’extirper de son véhicule, mais son corps était prisonnier de l’habitacle. 

«J’ai tenté une deuxième fois de sortir et ça ne fonctionnait pas. J’étais en paix avec moi-même dans l’auto. Je me demandais quelles parties de mon corps allaient brûler au départ. C’était un sentiment étrange. J’étais si près de la mort», avoue Grosjean.

«J’ai pensé à mes enfants et je me suis dit : ‘’je ne peux pas mourir aujourd’hui’’.Pour mes enfants, je ne pouvais pas mourir.»

C’est alors que Grosjean tente une ultime tentative pour sortir de sa monoplace. «J’ai tourné ma tête, je me suis levé et j’ai tourné mon corps, mais ma jambe était coincée. Donc je suis retourné dans la voiture et j’ai tiré tellement fort que ma botte est restée sous les pédales.»

Après 28 longues secondes, Grosjean est finalement sorti de son véhicule en feu, sautant par-dessus une barrière alors que Ian Roberts, le délégé médical de la FIA, l’a pris en charge.

Les premiers répondants ont rapidement constaté que le Français n’avait pas subi de blessures sérieuses. Jean Todt, le président de la FIA, a offert à Grosjean de contacter sa femme immédiatement. Après plusieurs essais, sa conjointe Marion a finalement décroché.

«J’ai dit : ‘’Mosquito (le surnom de sa femme), je suis ici, je suis en vie!’’. Elle s’est mise à rire et à pleurer», a conclu Grosjean.