Dave Morissette en Direct

À VOIR: les larmes coulent à flot sur le plateau de «DMD»

Publié | Mis à jour

Annie Pelletier a marqué l’histoire olympique canadienne. 

En 1996, elle remportait la médaille de bronze au tremplin de trois mètres lors des Jeux olympiques d'été d’Atlanta.  

Si le triomphe en soi est impressionnant, l’histoire derrière celui-ci l’est également. 

De passage à l’émission «Dave Morissette en direct», jeudi, Pelletier est revenue sur les circonstances de son inoubliable victoire.

«La journée précédant la finale avait été très difficile», a-t-elle d’abord lancé.  

«Je n’avais pu faire mieux qu’une 17e place sur 35 pendant les préliminaires, ce qui n’était vraiment pas fort. Heureusement, à ma grande joie, ils prenaient les 18 meilleures! J’ai donc pu me classer pour la ronde suivante.»

Au tour suivant, Pelletier parvient finalement à en faire juste assez pour atteindre la finale. 

«Mais c’était loin d’être gagné», a rappelé l’ex-plongeuse. 

D’ailleurs, elle se souvient d'une scène qui lui avait démontré à quel point elle était négligée en vue de la ronde finale.  

«Les Chinoises et les Russes me faisaient de grands sourires dans les vestiaires. Un peu comme par pitié. Mais je savais que j’en avais encore dans le réservoir et que j’allais me battre. Quand je signais des autographes, j’écrivais toujours : "crois en tes rêves". Et moi, mon rêve n’était pas encore achevé. 

C’est finalement en tant que première plongeuse de la finale qu’Annie Pelletier grimpe sur le tremplin. Nous sommes le 31 juillet 1996.

«Ce qui est difficile, quand tu plonges la première lors d’une finale, c’est qu’il y a 11 compétitrices qui te suivent. Et en principe, les meilleures sont supposées plonger à la fin, car l’ordre de plongeon est déterminé inversement à la position obtenue en ronde préliminaire. 

«Donc en plongeant la première, j’étais consciente que les juges ne me percevaient pas comme une prétendante au podium.» 

Et pourtant! La jeune femme performe finalement comme jamais et parvient à remporter le bronze. 

«J’ai réussi à faire mentir pas mal de gens en montant sur cette foutue marche du podium, que j’avais dessinée tellement souvent dans ma jeunesse...»

Un moment émouvant   

Annie Pelletier n’a jamais caché avoir été inspirée et attirée par le plongeon en regardant performer la championne olympique Sylvie Bernier, de dix ans son aînée.

En 1984, Bernier devenait la toute première médaillée d'or canadienne en plongeon lors de Jeux olympiques d’été. 

Tel un magicien aguerri, Dave Morissette a fait apparaître cette dernière à l’écran le temps de quelques minutes, question de permettre une discussion entre Pelletier et son modèle. 

Un beau moment, fort émouvant, s’en est suivi. En larmes et estomaquée devant cette surprise inattendue, Annie Pelletier a lancé la conversation. 

«Un an avant les Jeux olympiques, Donald Dion, qui avait aussi entraîné Sylvie, est devenu mon entraîneur. Je me rappelle qu’à cette époque-là, Sylvie se déplaçait avec ses trois filles pour venir m’encourager. Je me suis sentie comme une privilégiée de pouvoir compter sur elle comme supportrice. 

Flattée, Bernier a alors tout de suite répondu. 

«Ce soir, on est là pour parler de toi! Est-ce que je peux dire à mon tour que j’ai beaucoup d’admiration pour toi? Je sais que ça prend une discipline de fer pour s’entraîner avec Donald. Mais tu as tellement performé, cette année-là! Si tu savais à quel point j’ai pleuré quand tu as gagné!»

Annie Pelletier a enchaîné avec une réponse lourde de sens. 

«Si Sylvie n’avait pas pavé la voie en démontrant que c’était possible de remporter une médaille d’or dans ce sport, c’est certain que plusieurs jeunes filles auraient décidé de ne pas se tourner vers le plongeon.» 

Si Pelletier a suivi les traces de Bernier, une jeune femme a de son côté été inspirée par l’invitée du jour. Comme quoi la roue n’arrête jamais de tourner! 

Roseline Fillion, qui a notamment remporté le bronze lors des Olympiques de 2012 (Londres) a toujours voué une grande admiration pour Annie Pelletier. 

Dans la vidéo ci-dessus, voyez notamment le touchant hommage que Fillion a rendu à la Montréalaise.

Voyez ci-dessous les deux derniers segments de l'émission consacrée à Annie Pelletier: