Crédit : AFP

NFL

Drôle de suspense dans la section Est

Publié | Mis à jour

La section Est de la l'Association nationale est en voie de devenir la pire de l’histoire. 

Elle couronnera un champion médiocre et pourtant, il y a une curiosité évidente quant à savoir quel club parmi Washington, les Giants, les Eagles et les Cowboys passera en séries. Même si le suspense est risible, cette loufoque course a au moins le mérite d’être fascinante.

Actuellement, les Giants occupent la tête en vertu de leur fiche de 4-7. Un dossier identique à celui de l’équipe de Washington, mais le premier rang leur est conféré puisqu’ils ont balayé leur série de deux matchs contre leurs rivaux de division.

Suivent ensuite les Eagles (3-7-1) en déroute et les Cowboys (3-8), encore plus mal pris.

Plusieurs crient à l’injustice, actuellement, en raison du format des séries qui assure une participation à tout champion de division, peu importe sa fiche. Il faut dire toutefois qu’une telle situation se produit rarement. Inutile de tout chambouler dans ce contexte, sauf qu’il y aurait matière à réfléchir sérieusement à l’idée d’octroyer un match local en éliminatoires à ces champions de pacotille.

Dans l’histoire, seulement deux équipes ont remporté leur division malgré une fiche déficitaire, soit les Panthers de 2014 (7-8-1) et les Seahawks de 2010 (7-9).

Dans un élan de pathétisme encore plus flagrant, les quatre équipes de la fameuse NFC East se méritent. Les Giants et Washington ont chacun remporté trois matchs au sein de leur division. C’est donc dire qu’en dehors de la mollesse historique de celle-ci, ils ne revendiquent qu’une victoire. Les Eagles ont aussi été chercher une seule victoire à l’extérieur de l’Est, contre deux pour les Cowboys. «Une chance qu’on s’a», susurrerait avec ravissement Jean-Pierre Ferland...

Qui l’emportera?

Une question existentielle demeure dans ce scénario de mauvais film de série B. Qui donc l’emportera?

Les Giants risquent d’être privés de leur quart-arrière Daniel Jones pour un court moment. L’équipe hérite d’un calendrier plutôt ardu (Seahawks, Cardinals, Browns, Ravens, Cowboys). En leur donnant une victoire dans le lot, notre boule de cristal voit une fiche de 5-11.

Washington semble s’en tirer un peu mieux avec une portion de calendrier difficile incluant les Steelers, les 49ers et les Seahawks, puis une partie plus facile avec les Panthers et les Eagles. Donnons-leur gain de cause face aux Panthers et aux Eagles, pour une fiche de 6-10.

Les Eagles semblent dans un profond bourbier avec les Packers, Saints, Cardinals, Cowboys et Washington au menu. Comment imaginer plus qu’une victoire, pour un rendement de 4-11-1?

Enfin, les Cowboys se frotteront aux Ravens, aux Bengals, aux 49ers, aux Eagles et aux Giants. Même en se montrant généreux avec deux victoires (on en doute), cela leur octroierait un dossier de 5-11.

Donc, Washington, champion à 6-10? Ne vous étouffez pas dans votre café, c’est une possibilité bien réelle!

De minces espoirs

Évidemment, il ne s’agit que d’un estimé et la science infuse n’existe pas au chapitre des prédictions. N’empêche que les perspectives à court terme s’annoncent sombres pour les quatre rivaux de cette division.

Mais bon... puisque l’esprit des Fêtes est déjà sérieusement plombé par les plus récentes annonces gouvernementales concernant l’interdiction de rassemblements, cette chronique doit apporter une lueur d’espoir aux partisans échaudés de ces équipes.

Sachez que depuis 2002, quatre clubs ont remporté leur division malgré une fiche déficitaire ou de ,500. Ces quatre clubs ont ensuite gagné leur duel éliminatoire de première ronde.