LNH

Une saison vraiment particulière pour les espoirs

Une saison vraiment particulière pour les espoirs

Louis Jean

Publié 03 décembre 2020
Mis à jour 03 décembre 2020

Si tout s’était déroulé comme prévu, Alexis Lafrenière aurait été le premier à monter sur la scène du Centre Bell lors du repêchage de la Ligue nationale de hockey le 26 juin dernier.

Est-ce que les Rangers de New York auraient été l’équipe qui aurait détenu le tout premier choix? Ça, on ne le saura jamais. 

Lafrenière et tous les autres joueurs repêchés en octobre ont été privés de cette chance unique et mémorable de vivre un repêchage avec leur famille et leurs proches. Qu’en sera-t-il des joueurs admissibles pour la sélection de 2021? Est-ce plausible de tenir une repêchage virtuel pour une deuxième année de suite?

«Demande-moi cette question quand nous allons recommencer à jouer», m'a répondu un haut dirigeant de la LNH jeudi matin.

Pour les joueurs qui sont nés en 2003, 2020-2021 est une année cruciale et déterminante. C’est normalement l’opportunité pour les espoirs de montrer l’étendue de leurs habiletés et de leur potentiel. En raison de la COVID-19, cette année de repêchage sera parsemée d’embûches.

Je me suis entretenu avec deux espoirs qui doivent composer avec cette nouvelle réalité ainsi que l’incertitude de ne pas savoir quand ils disputeront leur prochain match. 

Guillaume Richard, un défenseur du Storm de Tri-City dans la USHL, est actuellement confiné dans une chambre d’hôtel au Nebraska en raison de cas de COVID-19 dans des familles d’accueil de l’équipe.

Justin Robidas, un attaquant des Foreurs de Val-d'Or dans la LHJMQ, a pour sa part pu disputer 15 matchs cette saison étant donné le peu de contagion en Abitibi-Témiscamingue.

Voyez mes entrevues avec les deux joueurs dans la vidéo ci-dessus.

Voyez également mon passage à «JiC» en soirée ci-dessous: