Xavier Simoneau

Crédit : Photo d’archives

LHJMQ

Xavier Simoneau demeure confiant

Publié | Mis à jour

Xavier Simoneau sourit lorsqu’on lui demande comment il vit avec le fait de ne pas avoir pu démontrer son savoir-faire à Hockey Canada avant que deux cas de COVID-19 ne viennent forcer un arrêt complet de deux semaines. «Ce n’est pas la première embûche à laquelle je fais face dans ma vie», lance-t-il sans hésiter.

Il faut le lui donner, Simoneau a un bon point. Un excellent, même.

En recevant l’appel de Hockey Canada pour participer au camp de l’équipe nationale junior, Simoneau avait une belle chance de démontrer qu’il avait sa place parmi l’élite du hockey junior et ainsi de faire un pied de nez aux équipes de la Ligue nationale de hockey (LNH) qui l’ont ignoré lors des deux derniers repêchages.

Autre confinement

Mais les choses ne se sont pas nécessairement passées comme prévu. Au terme de sa quarantaine avec les Voltigeurs de Drummondville en raison de sept cas confirmés dans l’équipe, Simoneau n’a pu se présenter à temps à Red Deer puisque le résultat de son test de dépistage de la COVID-19 a tardé à venir. Il est finalement débarqué le 20 novembre en Alberta, quatre jours après l’ouverture officielle du camp. Afin de ne pas le lancer dans la mêlée trop rapidement, ÉCJ a décidé de ne pas lui faire disputer les deux matchs intraéquipes de la fin de semaine, préférant attendre à celui du mardi suivant pour lui permettre de faire sa rentrée officielle.

Mais ce mardi, finalement, tout a été annulé en raison des deux cas de COVID-19 chez des joueurs de l’équipe, et tout le monde est en isolement depuis.

«Dans ma carrière, j’ai vécu toutes sortes d’embûches. Ce n’est certainement pas ça qui va me mettre à terre. Je fais du vélo stationnaire en extra dans ma chambre puisque je sais très bien que, quand ma chance va arriver, je vais devoir la saisir», a-t-il mentionné lors d’un entretien avec «Le Journal de Québec», depuis sa chambre d’hôtel.

Peu de temps

Cette chance, il aura environ une semaine pour la saisir si tout se déroule comme prévu. Rappelons que l’isolement d’ÉCJ se terminera le 6 décembre et que l’équipe entrera dans la bulle d’Edmonton en vue du Mondial, le 13. L’équipe devra donc être complétée pour cette date.

Pour Simoneau, ça ne change rien à son objectif.

«Le Mondial junior a toujours été un moment magique pour moi. Je pense que je le regarde depuis que je suis dans le ventre de ma mère! Je n’ai jamais raté un seul match d’Équipe Canada junior à la télé. Je vais tout faire pour percer l’alignement. Je sais que ce sera dur de faire ma place, mais je crois en mes chances. Cette année, je n’ai pas envie d’être chez moi en décembre à regarder ce tournoi. Je veux faire partie de la formation.»