Crédit : Photo d'archives

NBA

Un camp préparatoire particulier pour les Raptors

Publié | Mis à jour

Les différentes équipes de la NBA ont repris tranquillement du service, mardi, avec l’ouverture des camps qui sont limités, pour le moment, à des entraînements individuels.

Impossible pour les joueurs d’être plus que quatre à la fois sur le terrain. De plus, les athlètes doivent avoir subi trois différents tests prouvant qu’ils ne sont pas affectés par la COVID-19 avant de pouvoir s’entraîner.

Si ces circonstances sont déjà curieuses en marge d’un début de saison annoncé pour le 22 décembre, la situation est d’autant plus bizarre pour les Raptors de Toronto qui se retrouvent dans un coin reclus de la Floride, à l’Université Saint Leo.

«Ce n’est pas un au revoir, Toronto, on se dit à la prochaine», écrivait l’organisation des Raptors, sur son compte Twitter, plus tôt cette semaine.

Plusieurs membres de la formation torontoise prenaient alors l’avion en direction de la Floride, lundi. N’ayant pas obtenu la permission du gouvernement canadien de disputer leurs affrontements à domicile dans la Ville Reine, les Raptors ouvriront effectivement leur saison locale, à Tampa.

Trois matchs préparatoires

Selon le plan actuel, un premier entraînement complet devrait avoir lieu le week-end prochain, à l’Université Saint Leo, pour les Raptors. 

Des matchs préparatoires sont ensuite prévus à Charlotte, les 12 et 14 décembre contre les Hornets, puis une grande répétition générale aura lieu au domicile temporaire de Tampa, soit l’Amalie Arena, le vendredi 18 décembre.

Une vingtaine de joueurs, dont le Montréalais Chris Boucher, participent au camp des Raptors.

Ailleurs dans la NBA, il sera intéressant de surveiller Luguentz Dort, un autre Montréalais qui a gagné du galon avec le Thunder d’Oklahoma City, l'an dernier, à sa première saison professionnelle.

Au camp d’entraînement du Magic d’Orlando, Khem Birch et Karim Mané tenteront de trouver une place dans l’équipe. Dans le cas de Mané, il aura fort à faire puisqu’il détient actuellement un contrat à deux volets.