Ski et planche

«Tout ce qu’on développe comme athlète ça reste»

Publié | Mis à jour

À la retraite depuis 2018, Maxime Dufour-Lapointe avait bien préparé son après-carrière. 

Celle qui étudie actuellement en médecine affirme avoir perdu quelque peu ses repères lorsqu’elle a quitté la compétition. Mais, les qualités acquises dans le sport lui servent aujourd’hui dans la vie de tous les jours. «Tout ce qu’on développe comme athlète ça reste. La discipline, l’organisation, la ténacité».

Depuis qu’elle est sortie du monde du sport, Maxime Dufour-Lapointe a appris à vivre avec une tout autre réalité. «Dans le sport, j’avais une équipe autour de moi, je savais vers qui me tourner en cas de problèmes. Maintenant, j’ai dû rebâtir mon équipe, mon réseau est différent. J’ai dû apprendre à développer un autre degré d’autonomie».

Maxime Dufour-Lapointe envisage avec enthousiasme sa future carrière de médecin et elle espère y transposer des qualités qu’elle a développées en ski acrobatique. «J’ai besoin d’être créative. J’aimais le ski acrobatique parce que ça me permettait de m’exprimer dans mes sauts, d’être libre, de faire vibrer le feu en dedans de moi. Mon défi maintenant est de voir de quelle manière cela va s’exprimer en médecine».

La jeune retraitée a également agi comme analyste de ski acrobatique lors de compétition présenté sur les ondes de TVA Sports. Une expérience qu’elle a adorée. «J’aime tellement ça. Je suis à ma retraite, mais j’essaie de rester impliqué dans mon sport de plein de façons.»

Voyez l’entrevue de Maxime Dufour-Lapointe avec Dave Morissette dans la vidéo ci-dessus.