Club de foot Montréal

L’Impact face à l’inconnu

Publié | Mis à jour

En plus de la déception de leur élimination en séries de la Major League Soccer (MLS), les joueurs de l’Impact de Montréal font maintenant face à l’inconnu en vue de la reprise de la Ligue des champions de la CONCACAF.

Actuellement en quarantaine depuis leur retour à Montréal – sans pouvoir s’entraîner –, les joueurs n’ont aucune idée de la suite des événements. C’est ce que le gardien Clément Diop a indiqué en vidéoconférence. 

Le onze montréalais doit disputer le match retour de la demi-finale de la Ligue des champions contre le C.D. Olimpia, le 15 décembre, à Orlando. «On est en quarantaine, a dit Diop. Pour le reste, je n’ai vraiment aucune information sur la suite. On est dans l’attente.»

Il y sera 

Par ailleurs, plusieurs joueurs sont actuellement en négociation avec l’équipe, puisque leurs contrats arrivent à échéance. Dans le cas de Diop, son pacte compte une année d’option. S’il avoue n’avoir actuellement aucune discussion avec l’Impact, il sera malgré tout à Orlando.

«Je jouerai ce match, contrat ou pas. Après, en ce qui concerne mon avenir, je n’ai eu aucune discussion avec le club tout au long de la saison. Il ne m’a jamais contacté. Je ne sais pas ce qu’ils vont faire avec moi pour la prochaine saison et ensuite. La balle est dans leur camp.»

Un K.-O. 

S’il ne s’agit pas d’une première quarantaine à Montréal pour les joueurs de l’Impact, celle-ci est particulièrement difficile à vivre. En effet, les joueurs ont subi un revers crève-cœur de 2 à 1 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre qui les a expulsés des éliminatoires de la MLS, vendredi, et ils ne peuvent pas se changer les idées en amorçant rapidement la préparation pour la Ligue des champions.

«Moi personnellement, je n’ai pas encore digéré cette défaite qui a fait mal au cœur et qui est encore très fraîche en mémoire. On avait travaillé dur, et de perdre dans les derniers instants, c’est difficile. C’est difficile à encaisser. C’est un K.-O.»

Cette saison marquée par les pauses, les quarantaines et plusieurs voyages prolongés au New Jersey ont toutefois eu au moins un impact positif: celui de rapprocher les joueurs.

«C’était une saison difficile, mais nous étions ensemble sept jours sur sept et 24 heures sur 24, a-t-il expliqué. Nous nous sommes tenus ensemble peu importe ce qui arrivait et nous avons montré du caractère. Nous nous sommes battus. Je crois que nous pouvons être fiers de nous.»

Voyez les entrevues avec Clément Diop et Amar Sejdic dans la vidéo ci-dessus.