Tennis

Thiem et Medvedev brisent les rêves de Djokovic et Nadal

Publié | Mis à jour

La relève du tennis mondial, incarnée par Dominic Thiem (AUT/N.3) et Daniil Medvedev (RUS/N.4), a brisé les rêves des sixième sacre au Masters de tennis de Novak Djokovic (SRB/N.1) et de premier triomphe pour Rafael Nadal (ESP/N.2), samedi à Londres.

Les quatre premières têtes de série, réunies dans le dernier carré pour la première fois depuis 2004, ont offert deux demi-finales pleines d'intensité et de suspense pour la dernière édition londonienne du Masters, malgré le huis clos et l'ambiance aseptisée.    

C'est d'abord Thiem qui a livré un combat titanesque de presque trois heures avec Djokovic, qu'il a remporté 7-5, 6-7 (10), 7-6 (5).

Finaliste malheureux l'an dernier face Grec Stefanos Tsitsipas, après avoir déjà sorti «Djoko» lors d'un dernier match de groupe décisif, Thiem a laissé passer 5 balles de matchs avant de faire plier le Serbe qui n'égalera pas - cette année en tout cas - Roger Federer et ses six victoires au Masters.

Cette 300e victoire sur le circuit de Thiem aura une place à part dans une année où l'Autrichien a remporté son premier Grand Chelem, aux Internationaux des États-Unis.

«Ç'a été une bataille mentale. Je pensais qu'après mon premier grand titre à New York, je serais peut-être un peu plus calme dans les moments cruciaux, mais c'était une erreur. J'étais aussi nerveux qu'avant», a-t-il plaisanté après le match.

La force mentale nouvelle de Thiem

Aucun des deux joueurs n'a réellement pris l'ascendant dans un match où il n'y a eu que 5 balles de bris. 

Thiem aura été le seul à en convertir une, la toute première, à 5-5 dans la première manche, ce qui lui a permis de conclure le set (7-5), après 53 minutes de jeu.

Le deuxième aura été encore plus serré, allant jusqu'au bris d'égalité. 

Quatre fois Thiem a vu le gain du match lui échapper et lorsque Djokovic a remporté la mise à 12-10, le match a semblé totalement relancé.

Mais là où Thiem a peut-être gagné une stature supplémentaire, c'est dans sa capacité à oublier immédiatement sa déception et repartir.

Dans le bris d'égalité décisif de la dernière manche, Thiem a aussi su remonter un déficit de 4 points pour conclure avec beaucoup d'audace et d'autorité.

«Ce qu'il a fait à partir de 0-4 était incroyable. Il tapait de toutes ses forces et tout rentrait, a souligné Djokovic. J'étais tout près de la victoire, mais il m'a arrachée et il la mérite.» 

En soirée, un autre monument du tennis a connu une désillusion, Nadal cédant devant Medvedev, après avoir servi pour le match à 5-4 dans la deuxième manche. 

Nadal laisse filer sa chance

«Jusqu'à 5-4 pour lui dans le deuxième set, j'avais l'impression de faire de très bons coups mais de ne pas avoir de continuité dans mon jeu. Il était meilleur dans les moments importants», a expliqué le Russe.

«J'ai changé quelques détails en jouant plus haut et en prenant plus d’initiative et ça a très bien marché et j'en suis très fier.» 

Le plan de jeu du Majorquin au début du match était simple: tenir son service coûte que coûte et attendre la faille qui est venue au 7e jeu.

Le Russe, qui n'avait jusqu'alors servi que des premières balles, a connu un trou noir n'en passant pas une et le Majorquin l'a brisé sur un jeu blanc pour conclure à 6-3.

Medvedev a accéléré au début du deuxième set, se détachant à 4-1 avec une balle de 5-1 sur le service de Nadal.

Mais ce dernier, à la résilience légendaire, a retourné la situation jusqu'à servir à 5-4 pour le match, avant de perdre son jeu blanc à la stupéfaction générale.

Medvedev a ensuite été solide dans le bris d'égalité (7-4). Il a pris définitivement l'ascendant dans la troisième manche, brisant Nadal aux 7e et 9e jeux (6-3) pour rejoindre la finale, un an après l'avoir quitté sur trois défaites en trois matchs pour son baptême du feu au Masters.