HKN-SPO-TAMPA-BAY-LIGHTNING-VICTORY-RALLY-&-BOAT-PARADE

Crédit : AFP

LNH

«Ces décisions n’ont pas été prises à la légère»

Publié | Mis à jour

Les temps sont durs pour les organisations sportives en Amérique du Nord en cette période de pandémie de COVID-19 et même un championnat ne peut empêcher les mises à pied.

Dans la dernière semaine, autant le Lightning de Tampa Bay, vainqueur de la récente Coupe Stanley, que les Dodgers de Los Angeles, champions de la dernière Série mondiale, ont annoncé des licenciements.

Le Lightning a ainsi éliminé 30 postes dans son organisation, lundi, en raison d’une baisse considérable de ses revenus.

«Soyez assurés, ces décisions n’ont pas été prises légèrement, a indiqué Steve Griggs, président et chef de la direction du groupe Vinik Sports, propriétaire du Lightning, tel que cité par le Tampa Bay Times. Avec l’impact sans précédent sur l’industrie des sports et du divertissement dans l’histoire moderne, c’était une étape nécessaire alors que nous tentons de recouvrer les pertes au maximum.»

«Nous apprécions beaucoup les efforts de chacun face aux circonstances et nous sommes désolés de voir ceux qui sont affectés et qui doivent quitter la compagnie», a ajouté M. Griggs.

En plus de posséder le Lightning, le groupe Vinik Sports assure la gestion de l’Amalie Arena de même que le center sportif situé sur le campus de l'Université de South Florida, à Tampa.

La famille des Dodgers touchée

Du côté des Dodgers, la formation du baseball majeur a aussi procédé à des congédiements, mercredi, sans toutefois annoncer le nombre d’emplois perdus.

«Depuis mars, nous avons travaillé fort pour minimiser l’impact sur nos employés, a indiqué l’équipe, dans une déclaration officielle. Toutefois, la crise économique nous force à prendre des décisions difficiles au sein de notre organisation en vue de la saison 2021.»

«Il s’agit d’une décision crève-cœur, a-t-on ajouté. Cette année, plus que jamais, nous sommes vraiment reconnaissants du rôle que chaque membre de la famille des Dodgers a joué dans nos succès.»

À titre comparatif, rappelons qu’à Montréal, le Groupe CH avait d’abord dû annoncer, dès le mois de mars, la mise à pied temporaire de 60 % de ses employés. Un fonds d’aide de 6 millions $ avait alors été prévu afin de limiter l’impact sur les employés. La mise à pied d’au moins 30 employés avait suivi en juin dans le cadre d’une restructuration de l’entreprise qui possède le Canadien, mais aussi Evenko, le Groupe Spectra et le Rocket de Laval.