HKN-HKO-SPO-2020-NHL-DRAFT---ROUND-ONE

Crédit : AFP

LNH

Un joueur d'ÉCJ pourrait gagner gros grâce à André Tourigny

Publié | Mis à jour

L’attaquant Jack Quinn a de nombreuses raisons de se réjouir ces temps-ci, car en plus d’avoir signé son premier contrat avec les Sabres de Buffalo, lundi, il a l’occasion de déployer tout son talent pour se tailler un poste au sein d’Équipe Canada junior (ÉCJ).

Le huitième choix au total du dernier repêchage de la Ligue nationale se trouve d’ailleurs en pays de connaissance au camp de sélection de la formation nationale. Effectivement, celle-ci est dirigée par André Tourigny, son instructeur-chef avec les 67’s d’Ottawa. La présence de celui-ci derrière le banc d’ÉCJ constitue un bel atout pour Quinn, qui a récolté 52 buts sous sa gouverne durant la dernière saison. Et le principal concerné ne s’en cache pas.

«Évidemment, c’est un avantage pour moi. J’ai joué pour lui 2-3 ans et je sais exactement ce qu’il souhaite voir durant les entraînements et les matchs. Je connais toutes les petites habitudes et les détails qu’il essaie de nous enseigner, ainsi que son système de jeu. Je sais tout cela, mais je dois toutefois me présenter et exécuter le tout», a mentionné le joueur de 19 ans au quotidien «Edmonton Journal».

Aussi, il dit avoir reçu dans le passé quelques directives précises de Tourigny afin d’améliorer ses performances. Le tout a rapporté gros aux 67’s.

«Il m’a mis au défi pour que j’aille à l’intérieur de la circulation lourde et que je marque des buts près du filet. Cette approche a changé mon jeu», a admis celui admirant l’ailier des Bruins de Boston David Pastrnak.

«Oui, j’apprécie ce qu’il fait. C’est le gars dont je veux m’inspirer à chaque rencontre», a-t-il ajouté, tout en précisant être devenu un meilleur patineur grâce à son instructeur Tony Greco, qui fut le mentor de Claude Giroux pendant longtemps.

Du talent brut

Pour sa part, le pilote d’ÉCJ espère certes compter sur le patineur ayant obtenu du succès à Ottawa, ce qui pourrait grandement aider l’équipe canadienne au Mondial junior devant commencer le 25 décembre.

«Je me croise les doigts quotidiennement pour voir ce que j’ai vu chez les 67’s. C’est un gars qui travaille super fort et possède énormément de talent offensif. Il peut compétitionner et se placer à l’endroit approprié pour inscrire des buts. C’est tout un joueur et je sais ce qu’il peut faire. Cependant, je le sentais nerveux aujourd’hui [mardi]. Il s’agit de sa première fois avec ÉCJ, mais il prendra le contrôle», a prédit Tourigny.