Crédit : Photo d'archives, Agence QMI

Alouettes de Montréal

«Nous allons jouer» - Danny Maciocia

Publié | Mis à jour

La Ligue canadienne de football (LCF) n’a encore rien annoncé en vue de la saison 2021, mais l’optimisme règne chez les Alouettes de Montréal.

Après un été difficile marqué par un échec dans sa tentative d’obtenir de l’aide financière du gouvernement du Canada et l’annulation de la saison en raison de la pandémie de COVID-19, le commissaire Randy Ambrosie s’était fait rassurant, lundi, à propos de la tenue d’une campagne l’année prochaine. 

Le président des Alouettes, Mario Cecchini, et le directeur général Danny Maciocia sont donc au cœur de leur préparation, qui nécessitera beaucoup plus de travail qu’en temps normal.

«Pour moi, c’est simple: nous allons jouer. C’est tout, a lancé Maciocia, mardi, lors d’une vidéoconférence. S’il y avait un seul doute que nous n’allions pas jouer, je ne ferais pas tout ça. Il n’y a aucune question dans mon esprit à ce sujet et il n’y a aucune question dans mon esprit que nous allons être compétitifs.»

Avec des partisans 

Même son de cloche du côté du président, qui va encore un peu plus loin: il croit que l’équipe pourra accueillir des partisans au stade Percival-Molson l’été prochain, le tout grâce à une campagne de vaccination qui pourrait commencer ce printemps.

«Je suis plutôt optimiste. Plusieurs experts croient que la pression va être forte pour accélérer la vaccination. C’est le genre de scénario qu’on verra quand on y sera, mais au moment où on se parle, je suis très, très confiant qu’on jouera devant des partisans», a dit le président, qui a indiqué suivre de près les décisions qui seront prises par la Ligue nationale de hockey (LNH) et le Canadien de Montréal, plus précisément.

«Ça repose sur la science. Je ne veux pas dire des choses que je ne connais pas, mais je parle à des gens qui s’y connaissent. Des gens très impliqués croient que dès le mois de mars, la vaccination pourrait commencer. On regarde dans huit ou neuf mois pour le début de la saison, donc on peut se permettre d’être encouragés par les nouvelles sur les vaccins.»

Des partisans patients 

Pour les Alouettes, l’optimisme est également basé sur l’appui des partisans. Le président a en effet annoncé que 86 % des détenteurs de billets ont choisi de ne pas récupérer leur dépôt, initialement effectué pour 2020 et qui devrait maintenant assumer une partie du prix pour 2021.

«On a fait nos sondages et les gens ont hâte de revenir au stade, a dit Cecchini. Les gens comprennent que c’est une pandémie et que toutes les habitudes ont été chamboulées. C’est totalement hors de contrôle. Je pense que les gens qui aiment le sport vont être là.»

_______________________________________

Travailler sans relâche, sept jours sur sept

Profondément convaincu qu’il y aura une saison de la Ligue canadienne de football (LCF) en 2021, le directeur général des Alouettes de Montréal, Danny Maciocia, est déjà à l’œuvre, même s’il attend encore bien des réponses.

L’un des défis de Maciocia sera de rameuter les troupes. Il estime avoir présentement 30 joueurs sous la main avec des ententes valides, mais certains pourraient décider de mettre un terme à leur carrière d’athlète après un an loin des terrains.

Les partisans pourraient également être témoins de plusieurs changements dans la formation, puisqu’environ 65 % des joueurs du circuit profiteront de l’autonomie au mois de février prochain, selon l'ancien entraîneur-chef des Carabins de l'Université de Montréal.

Statu quo?

Si plusieurs éléments inconnus subsistent, Maciocia tente de se préparer comme il le fait normalement, en se basant sur la convention collective en vigueur au chapitre de variables comme le plafond salarial. Il s’attend toutefois à de très longues journées de travail.

«Ce sera le plus gros défi, et de loin, a-t-il concédé mardi, en vidéoconférence. Ainsi, jusqu’à preuve du contraire, nous allons faire comme si c’était le statu quo. Mais il y a tant de travail. Il y aura des joueurs qui changeront d’équipe et il faudra gérer les positions, le ratio [de joueurs canadiens et de joueurs étrangers], le plafond et le repêchage.»

«Sans aucun doute, il s’agira de quelques-unes des plus longues journées de travail pour le personnel football de l’équipe. Nous travaillerons sept jours sur sept pendant quelques mois et probablement 14 à 16 jours par jours pour tenter de résoudre ce casse-tête.»

Un repêchage particulier

La gestion de la masse salariale de l’équipe ne sera pas le seul élément à retenir l’attention du DG. Le recrutement et le repêchage seront également particuliers.

En effet, il n’y a pas de football universitaire cet automne au Canada. Ainsi, il n’y a aucune opportunité d’observer les jeunes espoirs, qui pourront par ailleurs retarder d’un an leur admissibilité au repêchage de la LCF.

L’incertitude est donc bien présente pour les directeurs généraux du circuit, d’autant plus qu’une loterie sera mise en place pour la première fois et que deux rondes ont été retirées.

«Nous allons devoir baser nos évaluations sur les images de 2019. Et nous savons que certains pourront reporter leur admissibilité en 2022. Ainsi, nous tentons de trouver ceux qui vont le faire et pour ceux qui seront effectivement disponibles en 2021, combien de séquences vidéo a-t-on pour les évaluer?»

«Alors il y aura deux cuvées qui se présenteront au camp d’entraînement et il y aura un surplus de talent canadien. Il y aura un embouteillage et on devra gérer tout ça. Le plan sera d’une importance capitale, non seulement pour le repêchage, mais pour la suite.»

La forme des Alouettes

Quoi qu’il en soit, Maciocia est sûr d’une chose: les quelque 30 joueurs possédant des contrats valides pour la prochaine saison recevront bientôt des programmes d’entraînement intensifs avec des objectifs hebdomadaires précis.

«C’est très important, particulièrement parce qu’on n’a pas joué pendant un an. Le suivi va être très strict et je suis convaincu que si on fait ça, on va avoir une équipe en forme, physiquement et mentalement, pour compétitionner.»

«Nous ne voulons pas avoir la forme d’un joueur de football, nous voulons avoir la forme des Alouettes de Montréal.»