Crédit : Photo d'archives, AGENCE QMI

LNH

Une fin de semaine qui devait être spéciale pour Kim St-Pierre et Kevin Lowe

Publié | Mis à jour

Les Québécois Kim St-Pierre et Kevin Lowe devaient être intronisés au Temple de la renommée du hockey, lundi, mais la cérémonie a été repoussée en raison de la pandémie de COVID-19 et les organisateurs en sont pour le moins attristés.

Jarome Iginla, Marian Hossa, Doug Wilson et Ken Holland ont également été admis. Cependant, devront attendre l’année prochaine pour voir leur carrière célébrée.

La situation n’est pas sans rendre le président du Panthéon Lanny McDonald malheureux, lui qui apprécie particulièrement les festivités entourant cet événement annuel. Par contre, il demeure convaincu qu’il s’agissait de la bonne décision.

«Il est décevant que nous n’ayons pas pu procéder, a commencé par dire McDonald à propos de ce qui lui manquera le plus, lors d’une récente entrevue avec le quotidien "Calgary Sun".

«Mais en même temps, en tenant compte de la situation au pays et avec les contraintes, notamment aux frontières... Même si nous avons pris la décision de reporter en août, maintenant que nous y sommes, c’était évidemment le bon plan.»

Un gros weekend bien rempli

Le weekend d’intronisation ne se limite toutefois pas à la célébration elle-même. Il commence habituellement avec un match des Maple Leafs de Toronto le vendredi, qui est suivi d’un forum avec les partisans le samedi et d’un partie avec des légendes le dimanche.

Cette tradition demande beaucoup de préparation, mais pour McDonald, elle vaut chaque minute de travail acharné.

«Je pense simplement voir les familles, les amis, tous les partisans qui peuvent participer, et ramener autant de membres du Temple de la renommée», a énuméré McDonald à propos de ce qui lui manquera le plus.

«Et puis, voir à quel point ils [les intronisés] apprécient tout ce qui se passe lors de cette fin de semaine... Notre personnel est absolument fantastique. II fait juste un travail fabuleux en organisant tout le weekend et en s'assurant que chacune des six familles soit prise en charge. Celles-ci peuvent repartir en disant: "C'était la plus grande intronisation".»