Crédit : PHOTO D'ARCHIVES/JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

LNH

Un grand honneur pourrait attendre Gino Odjick

Publié | Mis à jour

Tenaillé par des ennuis de santé importants, l’ancien hockeyeur Gino Odjick pourrait avoir droit à l’immortalité à l’intérieur du Rogers Arena, le domicile des Canucks de Vancouver, grâce aux démarches sans relâche de deux de ses plus ardents admirateurs.

Ainsi, Marcia McNaughton et Hans Petter Johnsen font des pieds et des mains sur le web afin de vendre l’idée à tous d’inscrire le nom du Québécois de 50 ans sur l’anneau d’honneur présent au domicile du club. La première a d’ailleurs créé un compte Twitter, GinoForRingOfHonour (@gino_ring), au début de l’année, tandis que le second s’est assuré de le garder actif en diffusant des vidéos et des photos mettant en vedette l’ex-homme fort de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Jusqu’ici, Orland Kurtenbach, Kirk McLean, Thomas Gradin, Harold Snepsts, Pat Quinn, Mattias Ohlund et Alexandre Burrows ont eu droit à cette distinction. Cependant, aux yeux des instigateurs du projet, le cas d’Odjick est particulier. Celui-ci combat une récidive de l’amylose, une maladie l’ayant attaqué il y a six ans.

«Quand Gino a recommencé à se battre, nous avons pensé qu’il était temps de réaliser le tout, a déclaré Mme McNaughton au quotidien "The Province", samedi. Il n’y a pas un plus gros nom que celui-là à Vancouver, hormis ceux des gens déjà honorés. Nous essayons de le soutenir pour lui permettre de se retrouver sur l’anneau.»

Aussi, le principal intéressé est reconnaissant vis-à-vis tout ce que sa partisane a fait.

«Je suis heureux, elle accomplit du bon travail. Espérons que ça donnera certains résultats. Ce fut réellement formidable, j’ai eu une bonne interaction avec les partisans dès mes débuts. C’est incroyable que les gens se rappellent encore de moi 30 ans plus tard.»

De bonnes nouvelles

Par ailleurs, Odjick demeure bien déterminé à venir à bout de ses problèmes de santé qui l’ont contraint à reprendre des traitements de chimiothérapie pour une durée de six mois à partir de la mi-octobre.

«Je me sens bien, j’ai complété deux cycles jusqu’à maintenant. Les médecins disent que je vais bien», a-t-il dit.

Pour revenir aux démarches de McNaughton et de Johnsen, un Norvégien vivant en Suisse, leurs initiateurs ne le disent pas ouvertement, mais le temps presse un peu, puisque les ennuis de l’ancien hockeyeur de Maniwaki sont très sérieux.

«Je détesterais le voir mourir et ne pas être récompensé ainsi, a affirmé Mme McNaughton, une amatrice des Canucks qui a fait connaissance avec Odjick pour la première fois en le «taggant» par erreur sur Twitter il y a quelques années. Avec tout ce qu’il a fait pour la communauté, les Canucks et les Premières Nations, il le mérite. En marchant devant lui, il n’y a personne qui continue son chemin sans le saluer. Aucun nom n’a été autant célébré que le sien dans cet aréna. On veut qu’il soit à l’avant-scène.»

«Marcia est vraiment bien, c’est une personne merveilleuse. Elle est une partisane des Lions de la Colombie-Britannique, des Canucks et des Seahawks de Seattle. Elle a été impliquée depuis un bout. Nous l’avons invitée à quelques matchs et elle se souviendra toujours des anciens», a reconnu Odjick.