AUTO-PRIX-F1-TUR-PODIUM

Crédit : AFP

F1

GP de Turquie: Hamilton confirme son 7e titre, Stroll 9e

Publié | Mis à jour

Après avoir mené la première partie d’une course amorcée sur piste mouillée, le Québécois Lance Stroll a dû s’avouer vaincu lorsque le bitume s’est asséché. Il a terminé au neuvième rang du Grand Prix de Turquie remporté par Lewis Hamilton, dimanche à Istanbul.

S’élançant de la position de tête, Stroll s’est forgé une avance confortable sur son coéquipier Sergio Perez dès les premiers tours de l’épreuve, lorsque presque toutes les voitures étaient chassées de pneus pour la pluie.

 «Il est vraiment difficile de comprendre ce qui s’est passé aujourd’hui et nous avons besoin de comprendre, a dit Stroll, selon un communiqué de l’équipe. J'ai pris un bon départ à partir de la position de tête et j'ai pu engranger une avance de plus de 10 secondes dans le premier relais, ce qui nous a donné une opportunité pour obtenir un excellent résultat.» 

Crédit photo : AFP

Après une première salve d’arrêts aux puits pour passer aux gommes intermédiaires, son avance en tête a toutefois fondu au soleil. Son deuxième arrêt a été fatal. Stroll a en effet révélé avoir souffert d’un problème de bullage, un phénomène qui cause la désintégration du caoutchouc en petites billes qui diminuent fortement l’adhérence à la piste.

«Tout au long de la course, j'ai eu du mal avec le bullage avec le pneu intermédiaire. L'équipe a choisi le bon moment pour s’arrêter parce que le bullage [rendait le pilotage] extrêmement difficile, et il ne semblait pas que des conditions de piste sèche allaient s’installer.»

S’il croit que la décision de s’arrêter une deuxième fois était la bonne au moment où elle est survenue, il estime avec le recul que son coéquipier Perez, qui a terminé deuxième en utilisant un seul train d’intermédiaires, a opté pour la meilleure stratégie.

«Nous avons eu beaucoup de bullage avec mon deuxième train d’intermédiaires, et je n’ai pas pu pousser pour rattraper des places. Avec le recul, peut-être que le fait de rester en piste [plutôt que de s’arrêter] aurait permis aux pneus de se nettoyer, mais c’est facile à dire après.»

Les jeux sont faits

Hamilton a quant à lui pris la tête en passant Perez en deuxième partie de course avant de prendre le large. En terminant devant son coéquipier Valtteri Bottas, le Britannique a été sacré champion du monde pour une septième fois. Il a ainsi égalé le record de l’Allemand Michael Schumacher.

Il s’agissait d’une 94e victoire pour Hamilton en carrière. Perez et Sebastian Vettel (Ferrari) sont également montés sur le podium. Hamilton et Perez ont d’ailleurs été les deux seuls pilotes au sein du top 10 à ne faire qu’un seul arrêt pendant la course.

En vertu de la deuxième position de Perez, Racing Point s’est malgré tout emparé de la troisième place au championnat des pilotes avec 154 points, devant McLaren (149 points) et Renault (136 points).

Il reste trois courses à la saison, la prochaine étape étant le GP de Bahreïn, dans deux semaines. Le pays du golfe Persique sera le théâtre de deux courses consécutives, avant un arrêt à Abou Dhabi pour clore la campagne.