LNH

La lumière au bout du tunnel?

La lumière au bout du tunnel?

Renaud Lavoie

Publié 13 novembre
Mis à jour 13 novembre

Du hockey de la LNH le 1er janvier, est-ce encore possible ? 

Il y a une semaine, la ligue faisait savoir clairement que cela demeurait formellement son objectif et qu’une annonce allait venir sous peu. Mais au lendemain de la réunion des gouverneurs de la LNH, on en est un peu moins certains.     

«Notre objectif est encore d’avoir une saison qui va débuter le 1er janvier», a d’abord souligné Bill Daly, commissaire adjoint de la LNH, dans une entrevue téléphonique de ses bureaux de New York.

«Mais si ça doit être reporté d’une semaine ou deux, ça ne changera pas nos plans», a-t-il ajouté.

Ce qui est certain, c’est qu’il est maintenant impossible que la prochaine saison soit de 82 matchs, et ce, même si le concept de villes-centres (bulles) semble en danger. Les propriétaires veulent jouer dans leurs amphithéâtres respectifs parce qu’ils seront en mesure de générer plus de revenus qu’en jouant dans une ville-centre. 

Combien de matchs?    

Il est déjà convenu que la prochaine saison soit d’un minimum de 48 matchs, comme on a vécu lors du dernier lockout en 2012-2013. La logique, présentement, serait que le calendrier soit de 60 rencontres, ce qui veut dire que les Canadiens disputeraient 10 rencontres contre chaque équipe de la division canadienne. 

La saison doit se terminer le 1er mai pour que la coupe Stanley soit soulevée autour du 7 juillet. Ces dates ne sont pas coulées dans le béton parce qu’il est important de se laisser une zone tampon dans le calendrier au cas où des matchs doivent être reportés en raison de cas de COVID. 

«On ne peut pas dire que c’est officiel qu’il n’y aura pas une saison de 82 matchs, a dit Bill Daly. Mais c’est clair que présentement, le calendrier devrait être moins long. On sait qu’économiquement, cette saison ne sera pas facile. Il y a donc beaucoup d’appétit pour qu’on revienne à notre calendrier régulier (saison qui commence en octobre) dès la saison 2021-2022. C’est pour cette raison qu’il est fort probable que notre calendrier soit écourté.»

Quel genre de calendrier?    

Une forte possibilité qui a aussi été évoquée dans une conférence téléphonique de l’exécutif de l’Association des joueurs de la LNH, jeudi, c’est que le calendrier de la prochaine saison soit inspiré de celui du baseball. 

Dans le baseball majeur, le calendrier régulier est basé sur des séries de trois ou quatre matchs. La LNH aimerait emprunter cette avenue afin de limiter les voyages et aussi pour économiser de gros sous, ce qui est très logique dans le contexte actuel. 

«On étudie tous les modèles financiers présentement, a mentionné Bill Daly. Mais on veut s’assurer d’avoir le meilleur modèle pour la santé des joueurs, ce qui est une priorité. On sait que ce sera difficile d’avoir des spectateurs dans les gradins dans la grande majorité des villes. Mais si on utilise le modèle d’un calendrier qui ressemble à celui du baseball, on réduit le nombre de voyages et aussi les risques reliés à la COVID. S’il y a une division canadienne, ça veut dire que ça fait encore plus de sens pour tous d’utiliser ce modèle.»

Mais le gros du problème demeure le fait qu’il sera difficile de voir des spectateurs dans les gradins avant qu’un vaccin pour la COVID-19 soit accessible à tous. Dans le meilleur des scénarios, on parle du mois de mars, mais ce pourrait aussi être en juillet. 

L’éléphant dans la pièce    

Maintenant, il y a un autre problème sur la table qui devra être résolu. 

Lorsque les joueurs ont signé leur nouvelle convention collective au printemps, il était convenu qu’ils allaient toucher 72% de leurs salaires pour la prochaine saison. De plus, 20% devaient être placés en fiducie («escrow») et le reste remis aux propriétaires comme un prêt qui sera remboursé plus tard. 

Mais si la saison n’est pas de 82 matchs, comme ce sera probablement le cas, la question est de savoir si les joueurs seront payés au prorata du nombre de matchs qu’ils vont disputer. Les joueurs, ainsi que les dirigeants de l’Association des joueurs (AJLNH) disent que ce qui a été négocié, c’est qu’ils vont toucher 72% de leurs salaires, peu importe le nombre de matchs qu’ils vont jouer. 

J’ai donc demandé à Bill Daly si la ligue allait faire formellement la demande aux joueurs d’être payés au prorata. 

«Je ne veux pas entrer dans les détails, mais tout est connecté à tout et relié à tout, a-t-il d’abord indiqué. Lorsqu’on parle d’un retour au jeu, ça implique tout ce qui est relié à un retour au jeu. Je ne veux pas parler de la terminologie d’un prorata parce que ce n’est pas ça dont on parle (avec l’AJLNH) et on doit en arriver à une solution ensemble sur la façon d’opérer la saison. Tout est sur la table et je m’attends à ce que les joueurs et nous soyons sur la même longueur d’onde. Ça va prendre un effort d’équipe.»

Voyez le passage de Renaud Lavoie avec Jean-Charles Lajoie dans la vidéo ci-dessus.