LNH

Repêchage: une inéquité à corriger?

Publié | Mis à jour

En tant que directeur général des Voltigeurs de Drummondville, Philippe Boucher ne serait pas fermé à l’idée de garder ses meilleurs éléments jusqu’à l’âge de 20 ans, au lieu de les «perdre» au profit d’une équipe de la Ligue nationale. Mais l’ancien joueur du circuit Bettman ne croit pas nécessairement que ce serait la meilleure des idées pour les joueurs.

«Moi, j’aime le repêchage comme il est, a souligné Boucher, mercredi, lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Oui, en tant que directeur général des Voltigeurs de Drummondville, est-ce que j’aimerais que nos joueurs soient repêchés plus tard, qu’on les garde jusqu’à maturité, jusqu’à 20 ans? Peut-être. 

«Est-ce que ça serait leur rendre service? Je ne suis pas certain.»

Alors que les meilleurs joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec quittent chaque année pour aller rejoindre une formation de la LNH, ceux qui évoluent dans les universités américaines peuvent continuer de se développer tranquillement, sans nécessairement signer un contrat dans la Ligue nationale.

À titre d’exemple, le premier choix des Canadiens de Montréal en 2019, Cole Caufield, n’a toujours pas d’entente avec le CH et continue son petit bonhomme de chemin avec les Badgers de l’Université du Wisconsin.

Boucher croit que la LNH a plutôt une autre idée en tête.

«Mais ce qui nous guette, c’est un peu plus la LNH qui va vouloir amener nos meilleurs joueurs, continuer de les repêcher à 18 ans et de les amener dans la Ligue américaine à 19 ans, a-t-il confié. Ça, c’est plus inquiétant.

«On en entend parler depuis quelques années, j’espère que ça n’arrivera pas.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.