Crédit : CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Boxe

L'ex-entraîneur de Simon Kean risque la prison

Publié | Mis à jour

L’entraîneur Jimmy Boisvert, reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement une boxeuse il y a trois ans à Trois-Rivières, pourrait écoper d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 18 mois.

Le coach de 48 ans, qui a déjà travaillé avec le poids lourd Simon Kean, était de retour mercredi au palais de justice de Trois-Rivières pour les observations sur sa peine. En septembre dernier, il a été reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement une boxeuse de 31 ans qui fréquentait son gym et qui s’est retrouvée dans son bar après un gala de boxe, en 2017. Boisvert a tenté de l’embrasser, puis, même si elle a refusé, l’homme d’affaires a mis sa main dans la culotte de la victime afin d’avoir accès à ses organes génitaux. Il a ensuite pris la main de la femme pour la mettre sur son sexe.

Remords?

«Ce sont des gestes d’une gravité importante et intrusifs», a plaidé la procureure de la Couronne Catherine Lacoursière. Elle a suggéré au tribunal de rendre une sentence d’emprisonnement de 12 à 18 mois à Boisvert, à qui elle reproche de ne pas avoir démontré de remords envers sa victime.

«On a parlé de l’impact que les accusations ont eu sur la vie de l’accusé, mais qu’en est-il de la victime ?» a-t-elle demandé au tribunal.

Depuis les événements, celle-ci aurait connu des épisodes de crise de panique, de difficulté à dormir, et n’aurait plus été capable de pratiquer la boxe, «la chose la plus importante de sa vie».

L’avocate de Boisvert, Pénélope Provencher, a pour sa part demandé au juge Jacques Trudel de tendre vers une absolution conditionnelle, moyennant 240 heures de travaux communautaires et 2000 $ en dons. Sa peine devrait être prononcée le 15 janvier prochain.