Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Dubois se réjouit de l’arrivée de Domi

Publié | Mis à jour

Pierre-Luc Dubois est assez intelligent pour savoir qu’un journaliste de Montréal lui parlerait de la transaction entre le Canadien et les Blue Jackets. À Columbus, on se réjouit de l’arrivée d’un autre centre en Max Domi. À Montréal, Marc Bergevin a décrit Josh Anderson comme un phénomène rare.

Pour recycler un cliché du hockey, cet échange du 6 octobre pourrait être gagnant pour les deux équipes. Seul le temps nous le dira, mais pour l’instant, il semble répondre aux besoins des Jackets et du CH.

«J’ai texté Max assez rapidement après l’échange pour lui souhaiter la bienvenue à Columbus, a dit Dubois. C’est un joueur très talentueux, il travaille fort et il a beaucoup de chien. Tu n’aimes pas jouer contre un joueur comme lui.»

«L’arrivée de Max sera bonne pour l’équipe, mais aussi pour moi. Dans les bonnes équipes, tu as toujours besoin de compétition. Nous aurons un bon one-two punch au centre. Je sais qu’il me poussera. Max a prouvé qu’il est un bon joueur dans la LNH et qu’il peut produire offensivement.»

Logiquement, Dubois restera le premier centre de John Tortorella. Domi occupera le poste de second devant un ancien du Wild du Minnesota, Mikko Koivu.

«Le portrait de l’équipe a changé au centre et c’est une bonne chose, a analysé le Québécois. Je n’ai pas parlé à l’organisation, mais j’ai lu souvent que Jarmo (Kekalainen, le DG) cherchait à améliorer la position de centre. Nous avons sacrifié un très bon joueur en Josh [Anderson], mais il est un ailier. La signature de Mikko Koivu ajoute aussi de la profondeur et de l’expérience à l’équipe. Nous n’avons pas beaucoup de vétérans comme lui, nous formons une très jeune équipe.»

Anderson, un oiseau rare

Dubois a utilisé un discours semblable à celui de Bergevin pour décrire Josh Anderson.

«C’est un joueur rare, a-t-il mentionné. Ça ne court pas les rues des ailiers comme lui. Je dirais que tu peux compter sur les doigts d’une main les joueurs dans le moule de Josh Anderson : gros, rapide, intimidant, robuste, marqueur et bon en échec avant. Il est un mélange de tout. Je sais que les partisans l’aimeront à Montréal. Il se donne toujours sur la glace.»

«Comme coéquipier, Josh est aussi une très bonne personne. Il est drôle et très sympathique, mais aussi sérieux. J’ai joué trois ans avec lui à Columbus. J’en garde de beaux souvenirs.»

Quand on décortique les propos de Dubois, on comprend mieux pourquoi Bergevin s’est empressé d’offrir à Anderson un contrat de sept ans et 38,5 millions $, soit une moyenne de 5,5 millions $ par année.

Déjà à Columbus

Dubois profitera des prochaines semaines pour s’entraîner en Ohio.

«Je suis à Columbus depuis près d’un mois, je suis arrivé ici juste avant que Montréal ne tombe en zone rouge. Il n’y a pas de restrictions en Ohio pour les arénas et les gymnases. La semaine prochaine, nous serons déjà une douzaine de gars des Blue Jackets sur place à Columbus.»