Canadiens de Montréal

CH: «On commence à y arriver»

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin, a été très actif lors de la saison morte pour tenter de régler les différents problèmes de l’équipe. Et si l’on se fie aux propos de son patron, Geoff Molson, le DG s’en est plutôt bien sorti pour l’instant.

Bergevin a tout d’abord effectué trois transactions. Il a fait l’acquisition du gardien Jake Allen (Blues de St. Louis), du défenseur Joel Edmundson (Hurricanes de la Caroline) et de l’attaquant Josh Anderson (Blue Jackets de Columbus). Le DG du Tricolore a par la suite accordé des contrats à ces trois joueurs.       

Puis, il a attiré l’attaquant, et alors joueur autonome sans compensation, Tyler Toffoli à Montréal en lui offrant un pacte de quatre ans.

Finalement, il a offert des prolongations de contrat à, notamment, Brendan Gallagher et Jeff Petry. Tout ceci constitue des engagements financiers de 139,25 millions $, qui a propulsé la masse salariale de l’équipe pour la saison 2020-2021 tout près du maximum permis - ce qui n’était pas le cas au cours des dernières campagnes - de 81,5 millions $.

«La façon dont ça fonctionne chaque année est que l’on a un plafond salarial avec la LNH. Et ça, c’est son budget (NDLR : à Marc Bergevin), a souligné le propriétaire et chef de la direction du Goupe CH, Geoff Molson, lundi lors de l’émission JiC sur les ondes de TVA Sports. Alors, lui, il doit travailler à l’intérieur de ce budget et il est responsable de le gérer lui-même. 

«[...] Mais je pense que cette année, c’était un peu plus différent, car on sent que nos jeunes joueurs commencent à vraiment s’établir sur l’équipe. On est pas mal certain qu’on a un groupe de vétérans sur l’équipe qui sont très bons et qui continuent à être très bons. On a pris la décision que c’était l’année d’injecter des joueurs de l’extérieur pour combler des trous dans l’équipe. Je trouve qu’il a très bien fait et j’ai hâte de voir cette équipe jouer cette année.»

«[...] On veut toujours avoir une bonne équipe et je mets beaucoup de pression sur Marc Bergevin pour réussir à avoir une bonne équipe. Je trouve qu’on commence à y arriver. Les prochaines années vont être très excitantes pour nos partisans.» Voyez l'entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.

L’émergence des jeunes       

Ainsi, Molson et Bergevin ont senti que le moment était venu de passer à l’offensive dans cette reconstruction de l’équipe. L’émergence des jeunes joueurs comme Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi ont, en grande partie, permis cela.

«Je ne pense pas que Marc ni moi pensons à court terme, a continué Molson. À court terme, c’est le temps dans le plan pour aller de l’avant et signer des joueurs supplémentaires. C’est un processus et ç’a commencé il y a deux ans et demi ou trois ans où on a décidé de rebâtir l’équipe via la jeunesse et certains vétérans qui sont sur l’équipe. 

«Et c’était le bon moment. Ce n’était pas un effort pour gagner à court terme. Je pense que Marc a signé ces joueurs à long terme en dit beaucoup.»

Troisième chandail?       

Molson a également effleuré le sujet du chandail de l’équipe. S’il ne croit pas, qu’en ce moment, que les logos commanditaires fassent leur apparition sur les gilets de la LNH, il a avoué que lui et son équipe travaillaient sur un projet en rapport au chandail bleu, blanc et rouge.

«On touche à ça, a candidement avoué l’homme d’affaires. Je ne peux rien dévoiler aujourd’hui malheureusement. Mais il y aura quelque chose cette année. 

«Est-ce qu’il y aura un troisième chandail permanent? Non. Mais on va voir quelque chose de très intéressant et j’ai hâte de voir la réaction de nos partisans. J’ai toujours pensé que ça serait une bonne chose pour nous que d’avoir un troisième chandail qui est unique et qu’on peut porter de temps en temps contre les autres équipes.»