LHJMQ

Bergie était persona non grata à Trois-Rivières!

Publié | Mis à jour

En 1974, Michel Bergeron, un camionneur, obtenait sa chance à titre d'entraîneur-chef dans la LHJMQ avec les Draveurs de Trois-Rivières. 

Et disons que ça a très mal commencé pour lui. À peine arrivé, Bergeron voyait déjà ses joueurs faire la grève!

«J’arrive à Trois-Rivières pour la conférence de presse... pas de joueurs! Ils ont fait un "sit-in" dans une station de radio locale, CJTR. Pis là, les journalistes sont fâchés parce que les Draveurs ont congédié Claude Dolbec», s'est souvenu le Tigre, lundi soir, lors d’un long entretien à l’émission Dave Morissette en direct

La situation était si grave que le propriétaire des Draveurs, Théo Mongrain, avait candidement lancé au nouvel entraîneur-chef : «Qu’est-ce qu’on va faire?» 

Bergeron avait un contrat de deux ans en poche... 

«Il y avait deux joueurs qui ne voulaient pas faire la grève, a-t-il raconté. J’ai embarqué sur la patinoire avec eux. L’aréna était rempli à pleine capacité à Trois-Rivières, et les partisans criaient : "Bergeron, va t’en chez vous!"» 

«Marc Lachapelle du Journal de Montréal m’avait dit à l’époque : "Bergie, tu ne passeras pas, c’est trop gros." J’ai dirigé mon premier match à Québec contre les Remparts, on s’est fait planter 7-0. Je suis revenu à Trois-Rivières au motel et je me suis dit : "Je ne sais pas ce qui va arriver."» 

Heureusement pour «Bergie», les choses se sont replacées. Le bouillant homme de hockey a connu beaucoup de succès dans la LHJMQ, remportant deux fois la Coupe du Président, ce qui lui a valu d’être embauché par les Nordiques de Québec. 

Voyez le segment complet du récit de l’arrivée de Bergeron à Trois-Rivières dans la vidéo ci-dessus.