Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

UFC

«J’ai été stupide»

Publié | Mis à jour

Le combattant Charles Jourdain n’est pas passé par quatre chemins pour expliquer sa performance de samedi contre Joshua Culibao à l’occasion du gala UFC Fight Island 4 présenté aux Émirats arabes unis.

Au terme des trois rounds d’action, le Québécois (10-3-1, 1-2-1 à l’UFC) et l’Australien Joshua Culibao (8-1-1 et 0-1-1 à l’UFC) se sont contentés d’un verdict nul.

Le duel a mal commencé pour Jourdain. Après avoir raté un coup de pied à la tête de Culibao et un coup de poing retourné, son adversaire l’a pincé avec une bonne main droite en contre-attaque.

La fierté de Beloeil a été ébranlée, mais il a réussi à survivre en se collant sur Culibao pour reprendre ses esprits. Il a bien géré la situation périlleuse dans laquelle il se trouvait.

«J’ai mal performé au premier round, a indiqué Charles Jourdain en répondant au représentant du "Journal de Montréal" sur Twitter. J’ai été stupide et trop fringant.

«J’ai payé cher mon audace, mais j’ai poussé le plus fort que je pouvais pour aller chercher la victoire.»

Lors des deux derniers rounds, Jourdain a retrouvé ses repères. Il a été plus incisif dans ses attaques malgré quelques hésitations au deuxième assaut. Au troisième, il a bien failli mettre fin au combat avec une clé de bras, mais il n’a pas réussi le mouvement complet pour forcer Culibao à abandonner.

Il n’y a pas que du négatif dans cette prestation du protégé de Fabio Holanda. Jourdain s’est bien défendu lorsque Culibao a tenté de l’amener au sol. Ça paraît qu’il a travaillé sur cette facette pendant son camp d’entraînement.

Un juge distrait ?

Lors du dévoilement des pointages à la fin du duel, un des juges a donné les trois rounds à Jourdain. Un résultat qui en a fait sourciller plusieurs.

Le résultat final tient la route. Cependant, c’est le calcul pour y parvenir qui est difficile à comprendre. Selon nos informations, plusieurs dirigeants et combattants de l’UFC ont donné les deux derniers rounds à Jourdain, mais aucun juge ne l’a fait.

Bref, les juges n’ont pas trouvé que le Québécois avait été assez convaincant dans ses actions pour mériter la victoire par décision. Ce sera pour une prochaine fois.

Jourdain a confirmé à l’auteur de ces lignes qu’il n’avait pas été blessé durant son combat. Bien sûr, il aura besoin de quelques journées de congé pour panser ses petits bobos, mais rien de grave.

On verra s’il sera en mesure de récupérer pour retourner dans l’octogone d’ici la fin de l’année.

Combat de l’année ?

Dans un autre ordre d’idées, on a assisté possiblement au combat de l’année dans le monde de la boxe samedi soir à Las Vegas.

Ivan Baranchyk et Jose Zepeda, deux boxeurs de 140 lb, se sont livrés une guerre similaire à celles qu’on a assistées durant la trilogie entre Micky Ward et Arturo Gatti.

Baranchyk et Zepeda ont visité le plancher à huit reprises en seulement 15 minutes d’action. Ce dernier a eu le dernier mot avec un foudroyant knock-out au cinquième assaut d’un combat complètement fou.

Par contre, Baranchyk a mis une quinzaine de minutes avant de se relever pour s’asseoir. Par la suite, il est sorti par ses propres moyens du ring alors que ses jambes n’étaient pas encore solides.

Il est parti en ambulance seulement une vingtaine de minutes après la fin de son combat.