Crédit : Photo d'archives, AFP

Canadiens de Montréal

Des partenaires pour danser?

Publié | Mis à jour

Comme tous les autres directeurs généraux de la Ligue nationale de hockey, Marc Bergevin serait bien bête de ne pas regarder les options qui s’offrent à lui face à la situation dans laquelle se retrouve le Lightning de Tampa Bay. On peut deviner, sans avoir peur de se tromper, qu’il tâtera bientôt le terrain auprès de Julien BriseBois, si ce n’est pas déjà fait.

Le directeur général du Canadien pourrait bien trouver chez le Lightning le fameux attaquant qui viendrait améliorer l’équipe. 

Le Lightning, qui devra faire des pieds et des mains pour respecter le plafond salarial en 2020-2021, risque de se départir de l’un des attaquants suivants: Steven Stamkos, Ondrej Palat, Yanni Gourde, Tyler Johnson ou Alex Killorn. Ceux-ci doivent toutefois accepter de lever une clause de non-échange, complète ou partielle, avant de quitter Tampa.

À un salaire moyen de 8,5 millions $ pour les quatre prochaines saisons, Stamkos demanderait au Canadien de sacrifier une bonne partie de son espace disponible sous le plafond salarial. Déjà, le CH mise sur de hauts salariés avec le gardien Carey Price (10,5 M $) et le défenseur Shea Weber (7,86 M $). De plus, il faut rappeler que Bergevin espère s’entendre à long terme avec Brendan Gallagher, dont le contrat viendra à échéance au terme de la prochaine campagne, tandis que Jeff Petry gagnera 6,25 millions $ à compter de la saison 2021-2022.

Globalement, la situation du Canadien n’a toutefois pas changé. Avec Price, qui est maintenant âgé de 33 ans, et Weber, 35 ans, le club montréalais ne peut attendre indéfiniment s’il espère remporter la Coupe Stanley avec ces deux joueurs.

Quelques millions disponibles... 

Actuellement, en considérant les 19 joueurs réguliers du Tricolore qui ont présentement un contrat, la masse salariale de l’équipe est de 71,3 millions $ pour 2020-2021. C’est 10,2 millions $ sous le plafond. Le dossier de Max Domi, dont le futur salaire n’est pas comptabilisé dans le montant, doit toutefois être réglé à titre de joueur autonome avec compensation.

À plus long terme, Gallagher gagnera certainement plus cher dans les années suivantes, mais un attaquant comme Tomas Tatar, qui touche un salaire moyen de 4,8 M $, risque fortement de quitter l’équipe après la prochaine saison.

Stamkos n’est peut-être pas la solution pour le Canadien, mais Palat (5,3 M $), Gourde (5,17 M $), Johnson (5 M $) et Killorn (4,45 M $) se présentent comme des options plus abordables. Le cas de Palat est intéressant alors qu’il pourrait devenir joueur autonome sans compensation après les deux prochaines saisons. Lors des récentes séries éliminatoires, l’attaquant tchèque a récolté 18 points, dont 11 buts, en 25 matchs.

Attention aux Kings! 

Évidemment, toujours dans l’objectif de respecter le plafond salarial, le Lightning risque de devoir privilégier les choix au repêchage ou les jeunes joueurs dans une transaction impliquant l’un de leurs attaquants.

À travers la LNH, plusieurs équipes demeurent beaucoup mieux positionnées que le Canadien pour accueillir un haut salarié du Lightning. Parmi les clubs de l’Association de l’Ouest, on peut penser aux Kings de Los Angeles, aux Flames de Calgary et à l’Avalanche du Colorado. Les Kings comptent 18 joueurs réguliers sous contrat et affichent une masse salariale de 64,5 millions $. Ils comptent aussi sur une bonne banque d’espoirs.