Crédit : AFP

Tennis

Eugenie Bouchard: une première en six ans

Publié | Mis à jour

Après une traversée du désert où les victoires ont été obtenues au compte-gouttes ces dernières années, voilà qu’Eugenie Bouchard a réappris à gagner.

La Québécoise, 168e mondiale, s’est imposée mercredi en trois manches de 5-7, 6-4 et 6-3 face à Daria Gavrilova pour accéder, et ce, pour la première fois depuis 2014, au troisième tour du prestigieux tournoi de tennis de Roland-Garros. 

S’il est vrai que l’Australienne, jadis 20e mais rétrogradée au 788e rang à la WTA, revient de loin après avoir été ralentie par les blessures, elle avait pourtant réussi à remporter une première manche marquée par six bris de service.

Quatre bris à la première manche

Mais Bouchard, la battante, qui doit sa participation à une invitation du comité organisateur, a su se ressaisir pour remporter les deux sets suivants et savourer la 10e victoire de sa carrière sur la terre battue de Paris lors de cette rencontre qui a duré 2 h et 24 min.

En 2014, elle avait atteint la demi-finale à la Porte d’Auteuil avant de trébucher contre la Russe Maria Sharapova. Il s’agit également de sa première présence au troisième tour d’une compétition du Grand Chelem depuis les Internationaux d’Australie en 2017.

«J’étais déçue et frustrée d’avoir perdu le premier set, a raconté celle qui été victime de quatre bris dans cette manche initiale. J’ai vraiment tenté d’oublier ça mentalement. Ça a réussi puisque je me suis sentie d’attaque par la suite.»

Bouchard a été en mesure de se donner une avance de 2 à 0 au début du second set, brisant d’entrée sa rivale également âgée de 26 ans. Plus jamais dans cette manche déterminante elle n’a tiré de l’arrière.

L’influence de Reyes

Menant 5-2, elle sera toutefois incapable de convertir trois balles de manche sur son service. Mais à 5-4, au profit d’un jeu parfait, elle va finalement forcer la tenue d’un set décisif, qu’elle remportera sans être trop inquiétée.

«Daria est une joueuse très forte et elle retourne beaucoup de balles, a renchéri Bouchard. Mais ma force mentale m’a permis de revenir dans le match.»

Bouchard a reconnu avoir amélioré plusieurs facettes de son jeu au cours des derniers mois.

«Le plus important, a-t-elle soutenu, c’est l’aspect physique. J’ai travaillé avec mon entraîneur pour être plus forte et je vois une différence sur le terrain. Je n’ai plus peur de disputer trois sets et je sais que je peux rester sur le court encore plus longtemps que mon adversaire.

«Cela me donne la confiance et aussi la patience de ne pas toujours tenter de bousculer les choses. Je suis plus calme.»

Dans son point de presse, elle a d’ailleurs souligné la précieuse collaboration de Gil Reyes, ce spécialiste réputé en conditionnement physique longtemps associé à Andre Agassi, qu’elle a côtoyé à Las Vegas.

«C’est peut-être la personne que j’apprécie le plus sur la Terre, a-t-elle affirmé. Je le connais depuis à peu près 10 ans, quoique je travaille avec lui régulièrement depuis octobre dernier. Il croit en moi et cela me permet de croire en moi-même.»

Près de 200 000 $ assurés

Au lendemain de sa défaite en finale du tournoi d’Istanbul, le 13 septembre, Bouchard, à sa grande stupéfaction, s’est vu offrir une place au tableau principal à Paris. Une invitation qu’elle a vite acceptée.

Cette seconde victoire lui permettra non seulement d’occuper le top 140 du classement mondial, selon les plus récentes projections, mais aussi de s’enrichir de près de 200 000 dollars canadiens (126 000 euros), tout au moins.

Au troisième tour, Bouchard affrontera Iga Świaątek, classée au 54e échelon de la WTA et considérée comme une vedette montante du tennis féminin. Cette Polonaise a battu mercredi la Taïwanaise Hsieh Su-wei en deux manches de 6-1 et 6-4.

Âgée de 19 ans, Świątek a atteint le quatrième tour des Internationaux d’Australie en janvier dernier, après avoir fait de même à Roland-Garros en 2019.

Une deuxième Québécoise, Leylah Annie Fernandez, tentera elle aussi d’atteindre la troisième étape à Paris. La 100e raquette mondiale se mesurera à la Slovène Polona Hercog (47e) dans une rencontre qui devrait s’amorcer vers 7 h (heure de l’Est) jeudi matin.