TENNIS-FRA-OPEN-WOMEN

Crédit : AFP

Tennis

Le jeu de coulisses qui a amené Eugenie à Roland-Garros

Publié | Mis à jour

D’entrée de jeu, Sylvain Bruneau a tenu à spécifier qu’Eugenie Bouchard ne doit pas son laissez-passer au tableau principal de Roland-Garros à sa participation à la finale du tournoi d’Istanbul le 13 septembre.

«C’est plutôt un échange entre nous et la Fédération française de tennis, a souligné le responsable du volet féminin à Tennis Canada, en entrevue téléphonique au Journal de Montréal. J’avais communiqué avec Eugenie avant qu’elle se déplace vers la Turquie, pour lui dire que nous étions en discussions pour lui obtenir une invitation.

«Je lui avais alors donné très peu d’informations et surtout il n’a jamais été question du tableau principal pendant notre conversation. Elle savait toutefois qu’elle avait des chances.

«Je l’ai appelée au lendemain de son dernier match à Istanbul pour lui confirmer que l’entente était finalisée et qu’elle pouvait se rendre à Paris.»

Merci à la Fédération française

Bruneau n’a pas manqué de remercier la Fédération française de tennis pour sa généreuse contribution dans le dossier.

«Ses dirigeants auraient pu refuser, mais au contraire, ils ont dit oui, d’expliquer Bruneau. L’an dernier, nous avions accordé un laissez-passer à la Française Kristina Mladenovic pour qu’elle participe à la Coupe Rogers à Toronto.»

«Le classement d’Eugenie avant Paris ne lui permettait même pas de prendre part aux qualifications à Roland-Garros, a-t-il affirmé. Or, on avait convenu d’un échange, dans notre première discussion, pour qu’elle soit inscrite aux qualifications.»

«Mais nous sommes parvenus par la suite à bonifier cet accord pour le tableau principal en permettant à des joueurs français d’obtenir des places pour certaines de nos compétitions [challengers, etc.] l’année prochaine au Canada.»

Victoires et confiance vont de pair

Bruneau, il va de soi, a regardé à la télé le match de deuxième tour remporté par Bouchard mercredi à Roland-Garros. La Québécoise s’est imposée en trois manches (5-7, 6-4 et 6-3) face à l’Australienne Daria Gavrilova.

«J’aimais ses chances de la voir accéder au troisième tour et je suis heureux du résultat, a-t-il raconté. C’était une bonne rencontre de sa part contre une rivale coriace qui s’accroche et qui a tenté de lui diriger constamment des balles plus gonflées.»

«Mais Eugenie a bien géré la situation, a analysé Bruneau. Dans la foulée des dernières semaines, elle accumule les victoires et gagne en confiance. Elle démontre une très grande forme physique. Elle exploite davantage et très efficacement son côté explosif.»

«On constate aussi qu’elle frappe la balle avec autorité même dans les zones de débordement.»

Rôles inversés

Les temps ont changé pour Bouchard depuis un an. En manque de résultats positifs, elle a pris les moyens pour retrouver son aplomb. Les victoires s’accumulent maintenant à un rythme plus soutenu que les défaites. Les rôles ont été inversés et c’est bon pour le moral.

« Récemment, elle a disputé des matchs serrés et les a gagnés pour la plupart, a relaté Bruneau. Ça fait une grosse différence. Son travail acharné en salle est récompensé. Elle est beaucoup plus forte. »

L’entraîneur québécois reconnaît que Bouchard a pris les grands moyens pour faire avancer son tennis au cours des récents mois. Même quand le contexte était difficile.

«Eugenie est allée en Europe en pleine pandémie pour aller disputer un tournoi en Europe cet été, a-t-il indiqué. Ils sont rares à avoir fait un déplacement de la sorte, croyez-moi.»

Bruneau lui souhaite évidemment d’autres victoires à Paris.

«Elle affrontera une joueuse [la jeune Polonaise de 19 ans Iga SŚwiaątek] très prometteuse. Plus tu avances dans le tournoi, plus l’opposition est coriace. Mais avec Eugenie, tout est possible», a conclu Bruneau.

«Belle force de caractère»

Au bout du fil, Louis Borfiga s’est dit lui aussi impressionné par la qualité de jeu de Bouchard.

«Elle a été extrêmement solide, de dire le vice-président du développement de l’élite à Tennis Canada. Après avoir perdu le premier set, elle a su bien se regrouper pour gagner le match. Elle a démontré une belle force de caractère.

«Tout est une question de confiance. Les victoires amènent les victoires.»

Borfiga a été l’un des grands artisans de la participation de la Québécoise au tournoi de Roland-Garros.

«Nous avons travaillé fort pour qu’elle soit invitée, c’est le moins que l’on puisse dire.» Et, à son tour, il a tenu à remercier la Fédération française de tennis.