SPO-TENNIS-FERNANDEZ-LEAD

Crédit : Cedric Lecocq / FFT

Tennis

Roland-Garros: Fernandez passe, mais pas «FAA»

Publié | Mis à jour

Après la défaite inattendue de son compatriote Félix Auger-Aliassime contre un joueur moins bien classé que lui plus tôt dans la journée, Leylah Annie Fernandez a inversé les rôles hier en remportant une victoire surprise face à la 31e tête de série des Internationaux de tennis de France.

La Lavalloise de 18 ans, 100e mondiale, a eu raison de la Polonaise Magda Linette en trois manches de 1-6, 6-2 et 6-3, dans une rencontre disputée par temps frais et sous les projecteurs.

Elle rejoint une autre Québécoise, Eugenie Bouchard, qui avait elle aussi accédé au deuxième tour, la veille, en s’imposant contre la Russe Anna Kalinskaya.

Trois bris

La rencontre avait pourtant mal commencé pour Fernandez, victime de trois bris de service dans une première manche à sens unique dominée par sa rivale qui occupe le 36e rang de la WTA.

Mais une visite d’une dizaine de minutes au vestiaire avant d’amorcer le deuxième set a complètement changé l’allure du match. Après s’être libérée de son chandail à manches longues, Fernandez, d’entrée de jeu, a brisé sa rivale âgée de 28 ans. Le ton était donné.

Au profit d’amortis pour la plupart fructueux, elle est parvenue à égaler le pointage à l’issue de la manche médiane. Puis, en troisième manche, la gauchère a réussi à se forger une avance de 4-0 dont Linette ne s’est jamais remise.

«J’ai toujours cru en mes chances»

«Même quand j’ai été menée 1-4 et même 1-5 au premier set, j’ai toujours cru en mes chances de revenir dans le match et de le gagner, a-t-elle mentionné lors de son point de presse. Quand j’ai quitté les vestiaires, j’ai juste essayé de trouver mon rythme.»

«Au premier set, j’ai commis beaucoup d’erreurs et Magda a très bien joué, a renchéri Fernandez. Dans le deuxième set, je voulais remettre une balle de plus pour accentuer la pression.»

«Après, quand elle a commencé à faire des erreurs, j’ai pu réaliser des coups gagnants.»

Plus riche de 130 000 $

Fernandez remporte un deuxième affrontement dans le tableau principal d’un tournoi du Grand Chelem, mais son premier aux dépens d’une tête de série.

Au récent US Open, elle avait éliminé la Russe Vera Zvonareva, avant de perdre au second tour contre l’Américaine Sofia Kenin, championne des Internationaux d’Australie en début d’année.

C’est aussi son premier succès sur la terre battue de Paris dans les rangs professionnels, elle qui y avait été couronnée championne chez les juniors en 2019.

Non seulement cette victoire lui assure de grimper d’au moins huit places au classement mondial, elle lui permet aussi de s’enrichir d’environ 130 000 $. Montant qui sera évidemment revu à la hausse si elle atteint le troisième tour.

Contre Hercog

Fernandez a maintenant rendez-vous avec la Slovène Polona Hercog (29 ans), qui occupe actuellement le 47e échelon de la WTA.

«Je ne l’ai jamais affrontée, mais je l’ai vu jouer quelques fois à la télévision, a-t-elle dit. Je sais qu’elle est une très bonne joueuse. En fait, toutes celles qui sont en Grand Chelem sont de bonnes joueuses. Il n’y a pas de match facile.»

Hercog a éliminé la Française Diane Parry, une qualifiée, en deux manches de 6-4 et 6-2. Parry est la partenaire de double de Fernandez à ce même tournoi de Paris.

Déjà fini pour Auger-Aliassime 

Du côté masculin, Auger-Aliassime s’est incliné en trois manches de 7-5, 6-3 et 6-3 devant le Japonais Yoshihito Nishioka.

Le Québécois a commis pas moins de 58 fautes directes et n’a été en mesure de briser son adversaire que deux fois en 13 occasions.

Très efficace en retour de service, comme le démontrent ses 44 retours gagnants, Nishioka, 52e raquette mondiale, a quant à lui profité de six de ses 13 balles de bris.

Il s’agissait d’un deuxième duel entre les deux hommes dans les tournois de l’ATP. Nishioka avait également mis fin au parcours de «FAA» à Cincinnati, l’année dernière.

Auger-Aliassime (22e) avait atteint les huitièmes de finale aux Internationaux des États-Unis récemment, s’inclinant finalement devant l’Autrichien Dominic Thiem.

Nishioka affrontera maintenant le Français Hugo Gaston (239e) au deuxième tour. Ce dernier a vaincu son compatriote Maxime Janvier (204e) en trois manches de 7-6 (5), 6-4 et 6-3.

Diez tombe aussi 

Le Canadien Steven Diez n’a pour sa part jamais été en mesure de bâtir sur son avantage obtenu en première manche pour finalement s’incliner en quatre sets de 4-6, 6-3, 6-3 et 6-4 devant l’Américain Mackenzie McDonald (211e).

Diez (181e) avait accédé au tableau principal en défaisant le Français Enzo Couacaud en deux manches de 6-3 et 6-4 lors de son dernier match des qualifications. Il s’agissait d’une première présence pour lui dans le tableau d’un tournoi du Grand Chelem.

McDonald affrontera nul autre que la deuxième tête de série et 12 fois champion de l’événement, Rafael Nadal, au deuxième tour.