Crédit : AFP

NFL

NFL: il fait taire tous ses détracteurs

Publié | Mis à jour

Avant même qu’il n’ait lancé une seule passe dans la NFL, Josh Allen était traîné dans la boue par des analystes, des amateurs et même des joueurs. Depuis le début de la saison et encore plus spécialement dans le duel d’hier face aux Rams, le quart-arrière des Bills fait rougir de honte ses nombreux détracteurs.

Il aura fallu une victoire de 35-32, acquise dans les dernières secondes de l’affrontement, pour vraiment légitimer les Bills, et surtout leur pivot de troisième année. Allen, avec 311 verges aériennes, en plus de quatre passes de touché et un autre touché au sol, a de nouveau été la locomotive qui transporte l’équipe.

À leurs deux premiers matchs, les Bills avaient fort bien paru face aux Jets et aux Dolphins, qui ne sont pas exactement de grandes puissances. Allen avait beau jouer admirablement bien, le côté suspect des adversaires vaincus laissait planer le doute dans l’esprit de plusieurs.

Le manque de considération à l’endroit d’Allen n’a rien de nouveau. Avant même le repêchage de 2018, plusieurs s’amusaient à le dépeindre comme un désastre en devenir. Là où les uns louangeaient ses qualités athlétiques et son bras canon, les autres hurlaient plus fort pour décrier son manque de précision et de finition dans plusieurs aspects de son jeu.

Quand les Bills l’ont sélectionné au septième rang au total, le dénigrement est presque devenu un sport national. Chacun semblait se positionner pour affirmer haut et fort un « je vous l’avais dit » bien senti quand Allen allait inévitablement faire patate.

Rira bien...

Mais voilà, après une saison recrue modeste et des progrès importants en 2019, Allen est actuellement en feu. Il compte déjà 10 passes de touché et une seule interception.

Je le disais dans ces pages et je vais le répéter : il ne sera probablement jamais parfait.

Son style échevelé donne parfois des sueurs froides et il continue (de plus en plus rarement), à prendre de mauvaises décisions et à encaisser un sac en trop ou un coup inutile.

Sauf qu’en fin de compte, Allen est un battant qui continue de s’améliorer. À titre d’exemple, il a déjà complété huit passes d’au moins 20 verges dans les airs cette saison. L’an dernier, il n’en a réussi que 14 durant toute la saison.

Pas trop mal comme évolution pour un quart-arrière que le demi de coin étoile des Rams, Jalen Ramsey, avait qualifié de « vidange » en 2018. Aujourd’hui, la vengeance est douce...

Remontée avortée

Face aux Rams, Allen a brillé en fin de match, sur une séquence de 11 jeux sur 75 verges au terme de laquelle il a rejoint Tyler Kroft pour le touché victorieux.

Sur le jeu précédent, les espoirs des Bills semblaient pourtant vains quand sa passe a été incomplète, mais que les officiels ont décerné une pénalité pour interférence plutôt douteuse aux Rams.

Il faut rappeler que cette saison, c’est la défensive qui devait théoriquement charrier les espoirs de l’équipe. Pourtant, elle concède en moyenne 25,7 points par partie. L’attaque au sol devait être le point central de l’attaque. Elle se situe pourtant dans le dernier tiers du circuit.

Leur fiche de trois victoires et aucune défaite, c’est à Josh Allen que les Bills la doivent. Il est temps de le reconnaître.

Gagnants

Russell Wilson

Le magicien des Seahawks ne dérougit pas. Il est devenu le premier quart-arrière dans l’histoire de la NFL à lancer au moins quatre passes de touchés dans chacun des trois premiers matchs de son équipe. Il compte déjà 14 passes de touchés !

Receveurs recrues

Brandon Aiyuk (49ers) a mené le bal chez les siens avec cinq réceptions pour 70 verges en plus de 31 verges au sol et un touché. Chez les Vikings, Justin Jefferson a explosé avec sept réceptions pour 175 verges. Tee Higgins (Bengals) a inscrit deux touchés. Grosse journée pour les recrues !

Les Browns

Pourquoi souligner une banale victoire des Browns contre Washington ? Parce qu’ils ont une fiche de 2-1, ce qui signifie qu’ils jouent pour plus de ,500 pour la première fois en 90 matchs ! Ils n’ont pas présenté un dossier gagnant depuis la semaine 15, en 2014.

Aaron Donald

Parfois, il faut souligner les performances monstres dans la défaite. Donald a tout simplement pris le contrôle du quatrième quart avec plusieurs jeux clés face aux Bills. Si les Rams se sont accrochés, c’est grâce à lui.

Tom Brady

Le vétéran quart-arrière a sans contredit connu son meilleur match dans l’uniforme des Buccaneers avec 297 verges et trois passes de touché. Pour la première fois cette saison, la chimie avec Rob Gronkowski a opéré.

Perdants

Les Falcons

Aucune équipe n’avait à ce jour gaspillé deux avances de 15 points au quatrième quart en une saison complète. Les Falcons viennent de le faire deux fois en deux semaines. Honteux !

Les Vikings

Parlant d’équipe honteuse, les Vikings ont échappé une avance de 24-12 face aux Titans et ont dilapidé une superbe performance au sol de Dalvin Cook. Ce club est devenu si mauvais, si vite...

Mitchell Trubisky

C’était écrit dans le ciel qu’un jour ou l’autre, le quart-arrière des Bears se retrouverait sur le banc. Mais se retrouver sur le banc face à la défensive ignoble des Falcons, c’est gênant.

Trysten Hill

Le plaqueur des Cowboys a posé un geste déplorable en tordant la jambe du porteur de ballon Chris Carson au moment où celui-ci était déjà au sol. La NFL sévit souvent pour des gestes beaucoup moins répréhensibles.

Daniel Jones

Encore deux revirements pour le quart-arrière des Giants, qui en fait une marque de commerce. C’est la troisième fois en trois matchs cette saison. Ce fut le cas six fois en 13 matchs l’an passé.

Cinq jeux de la semaine

1. Saint-Nick de retour !

Mesdames, messieurs, revoilà Nick Foles ! Le héros du Super Bowl des Eagles il y a deux ans, exilé à Jacksonville l’an dernier, tente d’entamer sa résurrection avec les Bears. Appelé à lancer en relève à Mitchell Trubisky au troisième quart, Foles a orchestré l’une de ses remontées typiques avec trois passes de touchés, dont le clou final à Anthony Miller sur 28 verges. Foles n’est pas parfait, mais il est déjà canonisé !

2. Neal dit non

Qui a mis fin au débat entre les Seahawks et les Cowboys sur le dernier jeu du match ? Si vous ne connaissez pas Ryan Neal, il ne faut pas vous en vouloir. Le demi de coin a intercepté la dernière passe de Dak Prescott dans la zone des buts, protégeant ainsi l’avance de 38-31 des siens. Neal venait tout juste d’être ramené sur l’alignement régulier après un séjour sur l’équipe de réserve.

3. Burkhead fonce

Les Patriots ont le don d’amener de nouveaux héros à chaque match. Cette fois, c’est le porteur de ballon Rex Burkhead qui a hérité de cet insigne honneur grâce à trois touchés, deux au sol et un par les airs. Au troisième quart, sur une course de cinq verges, son vol plané a été particulièrement payant. Les Patriots s’accrochaient à une mince avance de 13-10 quand il a volé par-dessus la ligne des buts.

4. Défensive payante

Les Colts ont massacré les Jets 36-7, mais pourtant, ils ne revendiquent que deux touchés. C’est parce que la défensive a fait le boulot en enregistrant deux touchés sur des retours d’interceptions, en plus d’un touché de sûreté. Le demi de coin Xavier Rhodes a été l’une des clés de la victoire avec deux des trois interceptions des siens, dont l’une des deux qui a résulté en un touché.

5. Tout près du but

Les Chargers, qui ont tiré de l’arrière pendant tout le match face aux Panthers, sont passés sur le point de leur faire le coup d’une remontée de dernière minute. En retard 21-16 avec le ballon et seulement 1 min 46 s à jouer, le quart-arrière recrue Justin Herbert s’est mis en marche. Avec 5 secondes à jouer, il a rejoint Keenan Allen à la ligne de 14 des Panthers. Ce dernier a tenté de refiler le ballon à Austin Ekeler sur une passe latérale, mais le jeu a avorté. Fin des émissions !