Séries 2020 de la LNH

Hedman, le meilleur des champions

Publié | Mis à jour

Le Lightning de Tampa Bay a remporté la deuxième coupe Stanley de son histoire, lundi soir, au Rogers Place d’Edmonton, en disposant des Stars de Dallas par la marque de 2-0 dans le match numéro 6 de la finale.  

Après les traditionnelles poignées de mains entre les deux formations, le commissaire Gary Bettman a remis le trophée Conn Smythe au défenseur Victor Hedman.     

Le récipiendaire du titre de meilleur joueur des séries éliminatoires a amassé 22 points en 25 rencontres. 

Avec 10 buts, Hedman se classe troisième de l’histoire à ce chapitre. Il n’est devancé que par deux membres en règle du Temple de la renommée du hockey : Paul Coffey (12 buts en 1985 avec les Oilers) et Brian Leetch (11 en 1994 avec les Rangers). 

Le porte-couleurs du Lightning de Tampa Bay est le premier défenseur depuis Duncan Keith, des Blackhawks de Chicago, en 2014 à mettre la main sur le trophée. Au siècle présent, Scott Stevens (Devils du New Jersey, 2000), Nicklas Lidstrom (Red Wings de Detroit, 2002) et Scott Niedermayer (Ducks d’Anaheim, 2007) ont été les autres récipiendaires parmi les joueurs évoluant à la ligne bleue.

Chez les Canadiens de Montréal, Serge Savard (1969) a été le premier arrière gagnant du Conn-Smythe. Pour sa part, Larry Robinson l’a obtenu en 1978. L’illustre Bobby Orr (Bruins de Boston, 1972) est également au nombre des gagnants, tout comme Al MacInnis (Flames de Calgary, 1989) et Brian Leetch (Rangers de New York, 1994).

- Serge Savard (1969)

L’ex-joueur du Canadien de Montréal Serge Savard a été le premier défenseur gagnant du Conn-Smythe, en 1969. Lors de la demi-finale face aux Bruins de Boston, il avait inscrit sept points, dont trois buts, en six matchs. Le Tricolore n’avait plus qu’à vaincre les Blues de St. Louis en finale pour savourer la conquête de la coupe Stanley. À seulement 23 ans, Savard avait conclu les éliminatoires avec une récolte de 10 points en 14 rencontres.

- Bobby Orr (1970 et 1972)

L’illustre Bobby Orr a remporté deux fois la coupe Stanley durant sa carrière. À chaque occasion, c’est lui qui a obtenu le trophée Conn-Smythe, remis au joueur le plus utile des séries éliminatoires. En 1972, malgré sa position de défenseur, il avait même terminé au sommet des pointeurs en séries, à égalité avec son coéquipier des Bruins de Boston Phil Esposito. Cette année-là, Orr avait obtenu 24 points en 15 matchs.

- Larry Robinson (1978)

Comme Bobby Orr avec les Bruins en 1972, le défenseur du Canadien de Montréal Larry Robinson avait partagé le premier rang des pointeurs avec un coéquipier durant les éliminatoires de 1978. Avec une récolte de 21 points en 15 matchs, Robinson avait été aussi productif que Guy Lafleur. Celui qu’on surnomme «Big Bird» avait par ailleurs complété les séries avec un différentiel de +21.

- Al MacInnis (1989)

Le défenseur des Flames de Calgary Al MacInnis avait été dominant lors des séries éliminatoires de 1989 et c’est le Canadien de Montréal qui, doit-on le rappeler, avait été la victime en grande finale. L’arrière au puissant lancer avait inscrit un impressionnant total de 31 points en 22 matchs. Il avait notamment inscrit quatre buts durant la finale contre le gardien Patrick Roy.

- Brian Leetch (1994)

Un total de 34 points pour Brian Leetch lors des séries de 1994 avec les Rangers de New York. Seul Paul Coffey, avec 37 points dans l’uniforme des Oilers d’Edmonton en 1985, a été un défenseur plus productif au cours d’une année éliminatoire. Leetch avait été le meilleur pointeur des Rangers dans cette conquête, devant les attaquants Mark Messier (30 points) et... Alex Kovalev (21 points). En 1985, Wayne Gretzky avait devancé Coffey au scrutin pour le Conn-Smythe.

Les plus récents gagnants parmi les défenseurs

  • 2000 : Scott Stevens, Devils du New Jersey
  • 2002 : Nicklas Lidstrom, Red Wings de Detroit
  • 2007 : Scott Niedermayer, Ducks d’Anaheim
  • 2014 : Duncan Keith, Blackhawks de Chicago
  • 2020 : Victor Hedman, Lightning de Tampa Bay