Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

LNH

Sergachev comparé à une vedette de la LNH

Publié | Mis à jour

En 2017, Mikhaïl Sergachev a gagné la Coupe Memorial avec les Spitfires de Windsor. Trois ans plus tard, l’ancien choix de premier tour du Canadien de Montréal au repêchage de 2016 pourrait ajouter un titre encore plus prestigieux à sa jeune carrière.

À quelques heures du troisième match de la finale de la Coupe Stanley entre le Lightning de Tampa Bay et les Stars de Dallas, Sergachev a comparé les deux scènes.

«C’est différent. Pour la Coupe Memorial, nous recevions le tournoi et nous avions besoin de seulement quatre victoires pour l’emporter, a rappelé Sergachev. Ici, nous avons besoin de 16 victoires, c’est le réel format des séries. Je trouve l’expérience formidable de participer à une finale de la Coupe Stanley, mais je cherche à ne pas trop y penser. Je veux juste faire mon travail et ne pas devenir trop excité.»

À la bonne place

On en parlera encore dans plusieurs années. Si Marc Bergevin a généralement la main heureuse avec ses transactions, le directeur général du Canadien aimerait probablement revoir celle de Sergachev.

En quête d’un attaquant de renom à l’époque, Bergevin a échangé Sergachev le 15 juin 2017 au Lightning pour mettre la main sur Jonathan Drouin.

Sergachev, qui était décrit comme le défenseur d’avenir à Montréal, a rapidement gravi les échelons à Tampa. Il est maintenant un incontournable à la ligne bleue du Lightning. Le Russe de 22 ans est le troisième joueur le plus utilisé au sein de son équipe avec un temps de jeu moyen de 22 min 57 s.

«Les entraîneurs me font confiance, a dit Sergachev. Je suis maintenant un meilleur défenseur. J’ai amélioré mon positionnement, mais je fais encore des erreurs stupides. J’imagine que ça peut arriver à un peu tout le monde. Je m’améliore encore et je veux devenir un meilleur défenseur.»

À Tampa, Sergachev a aussi le bonheur de se retrouver dans un environnement idéal. Sur le flanc gauche, il y a Victor Hedman et Ryan McDonagh devant lui. Il a donc deux bons professeurs à ses côtés.

«À ma première saison dans la LNH en 2017-2018, Hedman a gagné le Norris, a-t-il rappelé. C’était incroyable de le voir jouer. Il est bon dans toutes les situations. Il est aussi un véritable pro et un très bon gars. J’ai appris beaucoup de lui. À l’extérieur de la glace, il est gentil et humble. Et sur la glace, il est une bête.»

Un lien avec Hedman

À sa saison recrue à Tampa, Sergachev a obtenu 40 points (neuf buts, 31 aides) en 79 rencontres. En 2018-2019, il a terminé l’année avec 32 points (six buts, 26 aides) en 75 matchs. Cette année, le gaucher de 6 pi 2 po et 217 lb avait déjà 34 points (10 buts, 24 aides) à son compteur en 70 rencontres avant l’interruption de la saison.

Jon Cooper a vu grandir son jeune défenseur au fil des ans. L’entraîneur en chef du Lightning lui a donné encore plus de responsabilités cette saison en lui faisant franchir la barre des 20 minutes de temps de jeu en moyenne. Il s’agit d’une augmentation de près de deux minutes comparativement à l’an dernier et de cinq minutes par rapport à sa première saison.

«Mikhaïl avait besoin de savoir mieux défendre son territoire, mais il avait déjà de bons instincts offensifs, a expliqué Cooper. Il a réussi à s’améliorer défensivement au cours des dernières années et il est maintenant un défenseur plus complet.»

Pour Cooper, ça ne fait aucun doute. Sergachev n’a pas fini de croître dans la LNH.

«Je ne peux pas dire à quoi ressemblera son plein potentiel. J’ai eu le bonheur de voir Victor Hedman grandir au cours des huit dernières saisons. Je remarque des similitudes entre les deux défenseurs. Pour moi, Sergachev est encore loin de son potentiel.»

En 21 matchs depuis le début des séries, Sergachev a récolté sept points (deux buts, cinq aides) et il présente un différentiel de +2.