Séries 2020 de la LNH

L'autre héros de la famille Paquette

Publié | Mis à jour

L’attaquant du Lightning Cédric Paquette n’a peut-être que 27 ans, mais il dispute déjà sa deuxième finale de la coupe Stanley. 

Bien que son nom n’apparaisse pas très souvent sur la feuille de pointage des matchs éliminatoires 2020, le sympathique numéro 13 se distingue d’une autre façon sur la patinoire.

Après 21 matchs, le Québécois pointe au deuxième rang de sa formation au chapitre des coups d’épaule distribués. Il est également employé de façon régulière en désavantage numérique. Sa tâche est donc très bien définie au sein de la formation floridienne. Et il s’en acquitte à merveille. 

Originaire de Gaspé, Paquette peut compter sur un énorme groupe de partisans en Gaspésie. En tête de liste de ceux-ci : son père, Vital. 

L’homme était d’ailleurs l’invité de Louis Jean lors de l’avant-match de la joute #3 entre le Lightning et les Stars. Et il ne cachait pas sa fierté. 

«Je peux te dire que toute la famille, moi y compris, et toute la population gaspésienne sommes très fiers de Cédric. Lui et moi, on se parle très souvent. Par textos, mais aussi par téléphone. Nous sommes très proches.»

Une équipe différente 

En 2015, le Lightning, avec Paquette à son bord, avait également participé à la finale de la coupe Stanley. Malheureusement pour tout ce beau monde, l’équipe avait finalement baissé pavillon devant l’expérimenté groupe des Blackhawks de Chicago. 

Lorsqu’on lui demande de nous dresser une liste de différences entre 2015 et 2020, Vital Paquette y va de cette analyse. 

«C’est sûr que les gars ont pris énormément de maturité en cinq ans. Je vois que les joueurs semblent davantage prêts et forts physiquement qu’en 2015. Vasilevskiy, Hedman, Point, Kucherov... Les gars sont assurément plus aguerris.»

Un héros obscur 

Si Cédric Paquette, en tant que joueur de hockey, se retrouve souvent sous les feux des projecteurs, son père, lui, travaille dans l’ombre. Mais sa profession, surtout en ces temps de pandémie, mérite grandement d’être soulignée et applaudie.  

Vital occupe un poste de préposé aux bénéficiaires en soins critiques à l’hôpital de Gaspé.

«Notre travail est vraiment plus difficile à effectuer depuis six mois. Les journées sont très mouvementées et la Santé publique nous demande énormément sur le plan sanitaire.»

Le métier de Vital, de façon plutôt logique, l’a empêché de retrouver son fils dans la bulle de la LNH. Certaines familles ont pu rejoindre les joueurs, mais Vital, vaillant, doit demeurer au front pour les gens dans le besoin. 

Ça ne l’empêche toutefois pas de se renseigner sur la façon dont Cédric vit ces particulières séries 2020. 

«En général, Cédric vit bien ça. C’est sûr qu’il doit trouver ça dur d’être seul depuis tout ce temps, mais il doit jouer pas mal au Playstation dans sa chambre!»

Voyez l’entretien complet dans la vidéo ci-dessus.