Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Ryan Miller pense continuer, mais...

Publié | Mis à jour

Après avoir passé cinq longs mois loin de la patinoire, le vétéran gardien de but Ryan Miller a pu donner ses premiers coups de patin depuis le début de la pandémie au mois d’août, une étape qui était cruciale pour décider de son avenir.

Âgé de 40 ans, Miller sera joueur autonome sans compensation le mois prochain et il ne sait toujours pas s’il reviendra pour une 18e saison dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Puisque ses Ducks d’Anaheim ont été exclus de la reprise des activités du circuit, il a estimé dans une entrevue avec le site The Athletic que ce retour sur la glace était primordial pour prendre une décision.

«J'essaie juste de réhabituer mon corps au rythme, a-t-il expliqué, récemment. Je pensais simplement qu’il valait mieux ne pas prendre de décision dans un sens ou dans l’autre en étant assis sur le sofa.»

«Je pense que tout le monde peut se reconnaître dans cette situation. C’est un peu déprimant lorsque vous êtes inactifs et que l’anxiété de ce qui se passe dans le monde plane sur tout le monde. Quand des choses que vous avez l'habitude de faire s'arrêtent, c'est difficile pour le système. J'ai essayé d'instaurer un peu de normalité pour pouvoir avoir un sens de l'orientation.»

Presque un retour à la normale

Après avoir parlé avec le directeur général des Ducks Bob Murray le mois dernier, Miller a accepté de s’entraîner trois fois par semaine dans les installations de l’équipe. Il s’agit en quelque sorte d’un retour à la normale qui lui permettra de réorganiser ses pensées. Et il croit qu’il est encore capable d’aider l’équipe pour une saison supplémentaire.

«J'essaie de leur donner de bonnes séances d'entraînement quand je suis là-bas, a lancé Miller. Je pense que c’est une situation gagnant-gagnant et ça nous permet de voir où j’en suis. Mentalement, je suis bon pour une autre [saison]. Je pense que je peux le faire mentalement. Je pense que physiquement je peux le faire.»

Mais la forme ne sera pas le seul facteur que Miller prendra en compte, dans un contexte où la prochaine saison sera chamboulée elle aussi par la pandémie de COVID-19. Il doit notamment voir s’il a vraiment envie de continuer.

«J'ai pris soin de moi dans ma carrière. Je pense que tout est en place. J'ai juste besoin que l'environnement du hockey soit correct. Il faut que ce soit un endroit où je puisse m'intégrer. Nous devons aussi avoir une saison qui a du sens.»

«Même si je sens que j’ai les capacités de le faire, il y a le désir. Ça dépendra toujours du désir. C’est ce qui va me faire jouer. Je dois être sûr que je l’ai encore, et je ne pouvais pas le faire sur le divan.»