Séries 2020 de la LNH

Il faut déranger Khudobin

Publié | Mis à jour

Les Golden Knights de Vegas ont utilisé ce discours à plusieurs reprises en finale de l’Ouest. 

Ils parlaient de compliquer la vie au gardien Anton Khudobin. Après le premier match de la finale de la coupe Stanley, Jon Cooper a pratiquement utilisé les mêmes mots, mais avec sa couleur unique.

Voyez l'analyse de Louis Jean dans la vidéo, ci-dessus.  

Le Lightning de Tampa Bay ne ressemblait en rien à une puissance offensive pour les 40 premières minutes de cette rencontre avec seulement 14 tirs. Ils ont rebondi en troisième période avec 22 tirs en direction de Khudobin sans toutefois parvenir à le déjouer.

«On doit refaire ce que nous avons fait en troisième période, a noté Cooper. Je ne sais même pas si Khudobin aurait eu à prendre une douche après les deux premières périodes. Ils font un bon travail de groupe en défense.

«Les premiers matchs sont toujours plus difficiles, a-t-il poursuivi. Les vidéos ne t’en disent pas autant que ce qui se passe réellement dans les tranchées. Ces deux premières périodes ont clairement démontré que nous devrons rendre la vie de leur gardien plus difficile si nous voulons marquer.»

Un facteur  

Auteur de l’unique but contre le gardien originaire du Kazakhstan, Yanni Gourde a placé la cause de ce revers sur un mauvais départ avant l’élément de la fatigue.

«C’est plus la façon dont on a joué dans les deux premières périodes, a expliqué le centre du Lightning. Nous n’avons pas joué selon notre système. Nous ne sommes pas sortis assez forts et pas à la même vitesse que d’habitude. 

«Ça nous a fait mal en début de match, jusqu’à ce que l’on trouve nos jambes en troisième période et qu’on joue selon nos forces.»

Les Stars de Dallas, qui ont éliminé les Golden Knights en cinq matchs, attendaient le début de cette finale depuis lundi. Ils ont profité d’une rare pause de quatre jours en séries. Du côté du Lightning, c’était l’inverse. 

La bande à Cooper a terminé sa série jeudi contre les Islanders de New York, ayant seulement une journée de repos.

«Je crois que c’est un facteur jusqu’à un certain point, a expliqué Cooper. Cependant, nous avions un bon niveau d’énergie en troisième période. Il faut qu’on amène cette intensité en première et en deuxième périodes. Ils sont sortis en patinant à vive allure. 

«Nous étions sur les talons et nous les avons regardé patiner pendant un moment. C’est malheureux, mais comme je le dis souvent: il faut tourner la page et passer à autre chose. En séries, il faut avoir la mémoire courte.»

À ses sept derniers départs, contre les dangereuses attaques de l’Avalanche, des Golden Knights et du Lightning, Khudobin a maintenant un dossier de six victoires et un seul revers avec un taux d’efficacité de ,946. Pour un gardien qui a toujours eu l’étiquette d’un numéro deux, il fait plus que le travail.