Crédit : AFP

LNH

Claude Giroux très encouragé

Publié | Mis à jour

En dépit d’une production individuelle plutôt modeste en séries éliminatoires, l’attaquant des Flyers de Philadelphie Claude Giroux demeure optimiste pour les campagnes à venir, puisqu’il croit que sa formation continuera de s’améliorer pour devenir éventuellement aspirante à la coupe Stanley.

L’équipe de la Pennsylvanie a remporté une série – celle de premier tour face au Canadien de Montréal – pour la première fois depuis que le joueur francophone a reçu le titre de capitaine en 2013. La progression de la troupe de l’entraîneur-chef Alain Vigneault est digne de mention, elle qui a fini au premier rang du mini-tournoi de l’Association de l’Est à la reprise des activités.

• À lire aussi: La carte cachée

Aussi, avec la présence du jeune Carter Hart devant le filet, tous les espoirs sont permis dans la Ville de l’amour fraternel.

«Je pense que nous avons fait un immense pas en avant depuis l’an dernier, a déclaré Giroux en conférence téléphonique, vendredi, par le biais de propos diffusés par le quotidien "Philadelphia Inquirer". Nous sommes très déçus de n’avoir pu atteindre la finale d’association, car nous croyions miser sur un club capable d’aller encore plus loin. [...] On doit continuer d’avancer et bâtir sur cela. Nous aimons notre équipe, nous apprécions les éléments que nous détenons et nous sommes très enthousiastes quant à la prochaine année.»

«Dans les autres années où on a pris part aux séries et perdu au premier tour, nous n’avions pas cette profondeur. Nous aimons la combinaison que nous avons dans le vestiaire.»

Malgré l’élimination en deuxième ronde des siens, Giroux a préféré souligner les aspects positifs des derniers duels des Flyers.

«Contre les Islanders de New York, je crois qu’on a bien joué tôt dans la série. On a trouvé le moyen de gagner l’une de ces rencontres et lorsque nous étions en retard 3 à 1, on a disputé nos deux meilleurs matchs, selon moi. Tout le monde jouait avec ardeur et de la façon appropriée. Évidemment, nous avons remporté ces parties en prolongation et bataillé durement pour nous rendre à un affrontement décisif.»

Plus vieux

Détenteur d’une entente encore valide pour deux ans, à raison d’un salaire de 8,275 millions $ par campagne, le vétéran de 32 ans a été limité à huit points en 16 parties lors des duels d’après-saison. Son rendement n’a pas pleinement satisfait Vigneault, qui ne s’est pas gêné pour dire que Giroux avance en âge et qu’il devra porter attention à son conditionnement physique.

«Je crois qu’à chaque début de camp, je suis en excellente forme et je m’attends à la même chose cette année», a affirmé le principal intéressé.

«Certes, ce n’est pas un secret. J’aurais aimé mieux faire, a-t-il aussi précisé. À mesure que les séries avançaient, je me sentais mieux. Ce sont des éliminatoires uniques auxquelles nous avons eu droit: on était inactif pendant quelques mois et on s’est retrouvé directement en séries. C’était ainsi pour tous, mais il m’a fallu un peu plus de temps pour me mettre en marche.»