Crédit : AFP

Séries 2020 de la LNH

Saveur très québécoise chez le Lightning

Publié | Mis à jour

Perçu comme l’un des clubs «les plus québécois» de la Ligue nationale de hockey (LNH), le Lightning de Tampa Bay se mesurera en finale de la coupe Stanley aux Stars de Dallas, qui ne comptent aucun représentant de la Belle Province parmi ses joueurs, une première depuis 2014.

Il faut en effet remonter jusqu’à cette année-là pour trouver une équipe finaliste ne misant sur aucun Québécois. Les Rangers de New York, avec Martin St. Louis et Derick Brassard, avaient alors été défaits par «les sans-Québécois» Kings de Los Angeles.

Pour en revenir à 2020, les Stars sont dans la même situation que les Kings, bien qu’ils aient été entraînés une partie de la saison par le Montréalais Jim Montgomery.

Du côté des «Bolts», quelques noms ressortent rapidement: Yanni Gourde, Cédric Paquette et Alex Killorn. Le premier, originaire de Saint-Narcisse, est le cinquième pointeur du Lightning en séries avec 12 points. Il a plutôt bien fait lors du tour précédent, face aux Islanders de New York, avec cinq points en six rencontres. Il a notamment fait bouger les cordages à deux occasions lors du premier duel avant de récolter deux mentions d’aide lors du match numéro 4.

Paquette, la fierté de Gaspé, joue généralement un rôle plus défensif et se montre utile dans ce rôle à Tampa Bay depuis maintenant six saisons. L’ancien du Junior de Montréal et de l’Armada de Blainville-Boisbriand compte deux points en 19 parties en séries cette année.

Le jeune vétéran Killorn a aussi un lien privilégié avec le Québec, ayant grandi à Beaconsfield. Né à Halifax, en Nouvelle-Écosse, l’athlète de 31 ans a notamment évolué avec les Lions du Lac-St-Louis au niveau midget AAA. Fidèle à son habitude, l’ailier gauche accomplit du bon travail sur les deux premiers trios de l’équipe et a accumulé huit points en 18 matchs.

Le DG et... l'entraîneur des gardiens

Dans la «bulle» d’Edmonton, l’entraîneur-chef Jon Cooper pourrait également faire appel à Mathieu Joseph et Alex Barré-Boulet, deux autres Québécois qui n’ont pas eu leur chance en éliminatoires cette saison.

Le joueur de centre Barré-Boulet pourrait finir par percer la formation du Lightning éventuellement grâce à de très bonnes performances dans la Ligue américaine avec le Crunch de Syracuse. À 23 ans, il n’a pas encore disputé une rencontre dans la LNH.

Finalement, le personnel hockey du Lightning est aussi composé de quelques Québécois. Le directeur général Julien BriseBois et l’entraîneur des gardiens de but Frantz Bergevin-Jean pourraient aussi voir leur équipe remporter la coupe Stanley.