HKN-HKO-SPO-WINNIPEG-JETS-V-BUFFALO-SABRES

Crédit : AFP

LNH

Le DG du Wild justifie sa transaction

Publié | Mis à jour

En faisant l’acquisition de Marcus Johansson en retour d’Eric Staal mercredi, le directeur général du Wild du Minnesota Bill Guerin a rajeuni son groupe tout en faisant l’acquisition d’un joueur qu’il apprécie depuis longtemps.

Avec le départ anticipé de Mikko Koivu, la ligne de centre du Wild avait besoin d’une mise à jour et Guerin a mis les bouchées doubles en transigeant pour Nick Bjugstad et maintenant pour Johansson. Le Suédois est un centre de formation, mais a joué la majorité de sa carrière dans la Ligue nationale de hockey à l’aile.

«Je le vois comme un joueur de centre. Ce que j’aime de lui, comme pour Bjugstad, c’est son habileté à jouer au centre et à l’aile et ça c’est précieux, a commenté Guerin sur le site web de son équipe. Nous lui avons prévu une place au centre et c’est là qu’il aime jouer. Nous verrons comment ça se passe, mais je suis confiant qu’il fasse bien là.»

Ailier chez les Capitals de Washington, les Devils du New Jersey et les Bruins de Boston pendant longtemps, Johansson a effectué en 2019-2020 un retour à la position qu’il a occupée avant d’être repêché en 2009. Il a tout de même produit 30 points en 60 matchs avec les Sabres de Buffalo, mais son adaptation a parfois été difficile, a-t-il reconnu.

«Ça m’a pris du temps l’an dernier pour m’habituer à jouer au centre à nouveau, a avoué Johansson. Dans un sens, c’est plus de travail défensif. J’ai été un ailier pour les sept dernières saisons avant l’an passé. Ce sont deux positions différentes, mais je crois que tu participes plus à l’action en tant que joueur de centre.»

Un joueur différent

Un échange un pour un avec Eric Staal a eu de quoi en faire sourciller plus d’un. Après tout, Staal, 35 ans, est encore très bon pour son âge et est une présence appréciée dans le vestiaire.

Guerin a reconnu que beaucoup de jeunes s’appuyaient sur Staal, mais que son départ forcera les plus inexpérimentés à faire preuve de davantage de leadership. Pour Johansson, qui a 29 ans, le DG sait très bien ce qu’il fournira au groupe en tant qu’attaquant des deux premiers trios.

«Nous devenons un peu plus jeunes. Marcus amène beaucoup de vitesse, beaucoup de talent. [...] J’aime ses habiletés de meneur de jeu. Je l’apprécie sur l’avantage numérique. J’ai toujours admiré ses qualités techniques et ce qu’il pouvait faire avec un homme en plus», a indiqué Guerin.

«Je crois que cet échange pour Marcus faisait beaucoup de sens.»

En Suède, Johansson s’entraînait déjà cet été avec deux de ses nouveaux coéquipiers, le défenseur Jonas Brodin et l’attaquant Joel Eriksson Ek.

«Nous vivons dans la même ville [Karlstad]. Nous patinons beaucoup. Nous nous entraînons ensemble. Je suis très heureux de jouer avec eux», a-t-il admis.