Canadiens de Montréal

6 attaquants de puissance pour le CH

Publié | Mis à jour

En entrevue avec Jean-Charles Lajoie mardi dernier, le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin, a avoué qu'il scrutait constamment le marché à la recherche d'un gros joueur capable de contribuer à l'attaque. 

«C'est une situation que je regarde quotidiennement», a-t-il fait savoir.   

Les attaquants de puissance prolifiques ne courent pas les rues et, malheureusement, les équipes qui les possèdent préfèrent la plupart du temps les garder. Mais cela n'empêchera pas Bergevin de tenter sa chance. Le grand patron des opérations hockey du CH a d'ailleurs indiqué qu'il comptait dépenser l'essentiel du budget de 81,5 millions $ alloué par la Ligue nationale de hockey (LNH) d'ici le début de la prochaine saison. 

Dans cette veine, le TVASports.ca s'est intéressé à six attaquants imposants qui pourraient piquer la curiosité de Bergevin.

Brandon Saad     

Ailier gauche, 6 pi 1 po, 206 lb

C’est un secret de polichinelle : Bergevin l’aime bien et on raconte qu’il s’apprêtait à lui soumettre une offre hostile en 2015 avant qu’il ne soit échangé aux Blue Jackets de Columbus – il est revenu à Chicago dans la transaction qui avait impliqué Artemi Panarin. 

Saad est un attaquant polyvalent, excellent dans les deux sens de la patinoire, qui aide son équipe de plusieurs façons à défaut de changer le cours d’un match avec ses habiletés individuelles. 

Il a déjà marqué 30 buts et il amène une présence physique, tant devant le filet que dans les coins de la patinoire.

Saad écoulera en 2020-2021 la dernière saison de son contrat qui lui verse 6 millions $ par année. Son acquisition ne représenterait pas un risque à long terme pour les Canadiens, qui devront prolonger le contrat de plusieurs joueurs importants l’été prochain. 

Anthony Mantha      

Ailier droit, 6 pi 5 po, 234 lb

Les rumeurs sur la relation acrimonieuse entre Mantha et l’entraîneur-chef des Red Wings, Jeff Blashill, sont-elles fondées? Autrement, on verrait mal pourquoi Steve Yzerman voudrait se départir d’un tel oiseau rare. 

Mantha est après tout un géant agile doté de très bonnes mains, ayant le potentiel de marquer 30 buts sur une base régulière.

Le CH ne cracherait probablement pas sur l’occasion d’acquérir un attaquant québécois d’impact...  

Josh Anderson      

Ailier droit, 6 pi 3 po, 222 lb

Il est grand. Il est imposant. Il est fort comme un bœuf. Et il est rapide. Le profil type de l’attaquant de puissance moderne, quoi. 

Mais qui est vraiment Josh Anderson? Le joueur qui a inscrit 27 buts en 2018-2019 ou celui qui n’a marqué qu’une seule fois la saison dernière? 

Anderson est en voie de devenir joueur autonome avec compensation et l’agent qui le représente, Darren Ferris, est réputé pour être très dur en affaires. Si les Blue Jackets décident de l’échanger, il risque d’y avoir de l’intérêt pour ses services, mais on présume que le CH voudrait avoir la conviction de pouvoir s’entendre avec lui sur les termes d’un contrat raisonnable. 

Nino Niederreiter      

Ailier droit, 6 pi 2 po, 218 lb

Tom Dundon est un homme d’affaires prospère, mais c’est bien connu qu’il n’aime pas jeter de l’argent par les fenêtres; son aversion pour les bonis à la signature avait même convaincu Bergevin de soumettre une offre hostile à Sebastian Aho. 

Dans un contexte de pandémie, Dundon imposera-t-il à son directeur général un plafond salarial plus bas que celui de la Ligue nationale de hockey? À suivre. 

Lorsqu’Andrei Svechnikov est tombé au combat lors des séries, c’est Ryan Dzingel qui a obtenu une promotion alors que Niederreiter évoluait au sein du quatrième trio. Le Suisse a d’ailleurs été utilisé moins de 14 minutes par match lors du tournoi printanier.  

Il y a lieu de se demander si Niederreiter est vraiment considéré comme un joueur indispensable en Caroline et s’il vaut la peine de lui verser 5,25 millions $ par année. Le gros bonhomme pourra accéder à l’autonomie complète au terme de la saison 2021-2022. 

Il n’est pas tout à fait réputé pour sa constance, mais Niederreiter peut marquer une vingtaine de buts et, lorsqu’il y met du sien, il rend certainement son équipe plus difficile à affronter. 

Crédit photo : AFP

Jordan Greenway      

Ailier gauche, 6 pi 6 po, 225 lb

Bill Guerin semble s’être investi de la mission de changer le visage du Wild, lui qui multiplie les transactions par les temps qui courent. 

Le Wild est une équipe lourde qui manque un peu de vitesse. Dans cette optique, échanger Greenway pourrait s’inscrire dans le changement d’identité que l’on tente d’opérer au Minnesota. 

Le CH, lui, compte plusieurs petits attaquants rapides, mais peu de joueurs avec le profil de Greenway. Il n’a rien cassé jusqu’ici dans la LNH, mais il progresse d’année en année et les gros bonhommes peuvent prendre du temps avant de sortir de leur coquille. Brian Boyle, par exemple, a éclos à l’âge de 25 ans avec les Rangers de New York. 

Greenway, 23 ans, demeure relativement jeune et il a un potentiel intéressant : il bouge assez bien pour un homme de son gabarit il est capable de faire des jeux avec la rondelle. Évidemment, il peut faire beaucoup de dégâts devant le gardien et le long des rampes. 

Jesse Puljujarvi      

Ailier droit, 6 pi 4 po, 201 lb

Pour Bergevin, acquérir Puljujarvi tomberait sous le sens : potentiel inexploité (dans la LNH, du moins), gabarit alléchant et... nationalité finlandaise. Le jeune homme de 22 ans, qui avait un peu le mal du pays à Edmonton, ne se sentirait pas seul aux côtés de Jesperi Kotkaniemi, Artturi Lehkonen et Joel Armia.

Puljujarvi n’a amassé que 37 points (17 buts, 20 aides) en 139 matchs dans la LNH. Une faible récolte, c’est vrai. Mais il semble avoir retrouvé sa confiance en Finlande. Il a récolté 53 points (24 buts, 29 aides) en 56 rencontres dans la Liiga la saison dernière, bon pour le quatrième rang du circuit. 

Maintenant, est-ce que les Oilers, qui ont besoin de mieux entourer Leon Draisaitl et Connor McDavid, tiennent à l’échanger? C’est la question à mille dollars. Le directeur général Ken Holland est un vétéran qui prône souvent la patience avec ses jeunes joueurs.