Crédit : AFP

LNH

Peter DeBoer ne regrette pas ce choix

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Estimant que le style pratiqué lors des séries éliminatoires neutralise en général le jeu de transition rapide, l’entraîneur-chef des Golden Knights de Vegas Peter DeBoer a avancé que c’est le manque de production générée en zone offensive qui a coulé son équipe.

Deux jours après l’élimination des siens en cinq parties face aux Stars de Dallas en finale de l’Association de l’Ouest, DeBoer a expliqué que c’est un aspect à améliorer qu’il avait ciblé dès son arrivée avec l’équipe l’hiver dernier.

• À lire aussi: Joe Thornton s'entraîne en Europe

• À lire aussi: Un attaquant décide de quitter les Leafs

Il semble donc que les ajustements au plan de match seront apportés en ce sens en vue de la prochaine saison. Mais tout n’est pas négatif: le pilote croit malgré tout avoir l’équipe pour triompher.

«C’est comme se faire donner les clés d’une Porsche ici, a-t-il imagé en vidéoconférence. Nous devons trouver le moyen de franchir le fil d’arrivée en première place.»

Indiquant qu’il allait nommer un capitaine pour la prochaine saison, DeBoer a également eu à répondre aux questions quant à l’utilisation de ses gardiens. Il a en effet préféré donner le filet à Robin Lehner plutôt qu’à Marc-André Fleury, détenteurs de trois bagues de la coupe Stanley.

L’instructeur a défendu sa décision en affirmant purement et simplement que Lehner offrait un meilleur rendement. Il a également avancé qu’il aurait favorisé Fleury si les deux hommes masqués avaient montré un niveau de jeu similaire, par respect pour lui.

«C’était une décision difficile, mais je ne regrette pas ce choix.»

Désavantagés

Chez les joueurs, plusieurs arguments ont été lancés pour expliquer l’élimination du club du Nevada plus tôt cette semaine. Pour Mark Stone, l’absence de la bruyante foule du T-Mobile Arena a eu un impact non négligeable sur les troupes.

«Nous n’avions pas l’un de nos plus gros avantages, qui est de jouer devant nos partisans au T-Mobile Arena, a-t-il indiqué. J’aimerais qu’on recommence la saison avec 20 000 partisans dans les gradins.»

L’ancien capitaine du Canadien de Montréal Max Pacioretty a quant à lui été questionné par rapport aux blessures, lui qui a dû retarder son départ pour Edmonton après s’être légèrement blessé au camp d’entraînement estival des siens.

«Tout le monde joue blessé dans les séries éliminatoires, a-t-il fait valoir. Vous regardez la formation et tout le monde a quelque chose. J’aurais seulement espéré que cette blessure ne soit pas survenue. Si vous saviez certaines choses qui se passent pendant les séries, vous seriez probablement surpris.»