Crédit : AFP

LNH

«Pas de honte à dire que j’ai une maladie mentale»

Publié | Mis à jour

Les Golden Knights et leur entraîneur-chef Peter DeBoer ont beau avoir été accusés de manquer de respect envers le gardien québécois Marc-André Fleury, force est d’admettre que le parcours de Robin Lehner, grandement utilisé par le club de Las Vegas, continue d’étonner.

En ressassant le passé, on ne peut qu’applaudir les présents succès de Lehner qui, mercredi soir, a obtenu son quatrième jeu blanc des présentes séries éliminatoires. Il a ainsi aidé son équipe à créer l’égalité 1 à 1 dans la finale de l’Association de l’Ouest face aux Stars de Dallas.

Un peu plus de deux ans auparavant, il s’agissait plutôt d’un athlète qui, aux prises avec un trouble bipolaire, s’était réfugié dans l’alcool et la drogue. Faisant alors partie de l’organisation des Sabres de Buffalo, Lehner a déjà raconté qu’il avait appelé, un soir du mois de mai 2018, l’entraîneur des gardiens Andrew Allen pour lui dire que les choses n’allaient plus.

«Il n’y a rien d’autre qui fonctionnait pour calmer mon cerveau, avait-il indiqué, à propos de ses problèmes de toxicomanie, lors d’un vibrant témoignage sur le site web sportif The Athletic. Je ne pouvais pas supporter d’être seul avec mon cerveau durant la nuit.»

Ayant demandé de l’aide avant la saison 2018-2019, Lehner a vécu une renaissance chez les Islanders de New York auprès de l’instructeur-chef Barry Trotz, puis il a touché le monde du hockey en livrant un courageux discours au moment de remporter le trophée Bill-Masterton. Ce prix, qui lui a été remis en juin 2019, vient souligner la persévérance, l’esprit sportif et le dévouement au hockey.

«Je n’ai pas honte de dire que j’ai une maladie mentale, ça ne veut pas dire que je suis faible mentalement», avait-il mentionné, souhaitant briser certains stéréotypes.

En symbiose avec ses défenseurs

Plus de deux ans plus tard, Lehner connaît de bons moments à Las Vegas. Acquis par les Golden Knights en février, dans une transaction envoyant Malcolm Subban et un choix de deuxième tour aux Blackhawks de Chicago, le gardien suédois présente un dossier de 9-4 depuis le début des éliminatoires. Il maintient par ailleurs une moyenne de buts alloués de 1,84 et un taux d’efficacité de ,924.

Et dans la victoire, Lehner n’hésite jamais à rendre le crédit à ses coéquipiers.

«Nous avons joué un très bon match, a ainsi vanté Lehner, après le gain de 3 à 0 des Knights mercredi soir, tel que cité sur le site web de la Ligue nationale de hockey. Les gars étaient prêts dès le départ. Nous avons dominés les Stars et cela m'a rendu les choses un peu plus faciles. Ils ont eu quelques bonnes chances, mais je me sens bien et je suis en symbiose avec mes défenseurs. »

Lehner compte deux blancs consécutifs et n’a accordé aucun but à ses 131 dernières minutes passées sur la patinoire. Dimanche, dans le premier match de la série contre les Stars, Fleury avait obtenu le départ et il avait également très bien fait malgré un revers de 1 à 0. Il faut s’attendre à ce que Lehner soit encore devant le filet des Golden Knights lors du troisième match de la série, jeudi.