Crédit : Photo d'archives, AFP

LNH

Marchessault reconnaît ses torts

Publié | Mis à jour

Jonathan Marchessault a décrit le deuxième match de la finale de l’Ouest contre les Stars de Dallas comme une victoire obligatoire. Pour atteindre leur objectif de niveler la série 1 à 1 contre les Stars, les Golden Knights auront besoin de retrouver leur touche offensivement, mardi.

À leurs quatre derniers matchs, les Knights ont marqué seulement quatre buts, dont deux dans un filet désert lors du septième match de la demi-finale d’association contre les Canucks de Vancouver.

Anton Khudobin a signé un jeu blanc à son premier départ contre Vegas en finale de l’Ouest, dimanche. Thatcher Demko avait également réussi un zéro dans la sixième rencontre face à la bande de Mark Stone et Max Pacioretty.

«Oui, c’est plus difficile de percer une équipe comme les Stars, a reconnu Marchessault à quelques heures du deuxième match. Mais justement, il faut retirer une plus grande fierté. Quand tu as une chance, tu dois marquer. J’ai un point en sept matchs, ce n’est vraiment pas assez. Nous aurons besoin de tout le monde dans la formation. Ça commence avec des gars comme moi.»

Marchessault n’est pas le type de joueur à se placer la tête dans le sable. L’ailier gauche sait qu’il aura besoin d’élever son jeu.

«Je veux toujours continuer à jouer de la bonne manière. J’ai des chances, c’est positif. Mais un gars comme moi, je dois trouver le fond du filet. Quand mon équipe gagne 1 à 0, ça ne me dérange pas si je n’ai pas de point. Mais quand mon équipe perd 1 à 0, je me sens responsable si je n’ai pas de point. Ça fait partie de mes responsabilités de contribuer offensivement.»

En 16 matchs depuis le début des séries, Marchessault a obtenu neuf points (3 buts, 6 aides).

Le retour de Reaves

Suspendu lors du premier match de la finale de l’Ouest en raison de son coup à la tête de l’attaquant Tyler Motte, Ryan Reaves retrouvera sa place à l’aile au sein du quatrième trio des Knights.

«Reaves est un gros morceau de ce trio, a dit l’entraîneur-chef, Peter DeBoer. Ça ne ressemble pas au même trio sans lui. Nous nous ennuyions de lui, c’est le trio qui donne généralement le ton. Il apporte aussi une grande énergie au banc.»

DeBoer n’a pas parlé de son gardien pour ce deuxième match. Il y a toutefois fort à parier qu’il retournera avec Robin Lehner, son homme de confiance depuis le début des séries.