Crédit : AFP

Baseball - MLB

L'année des Dodgers?

Publié | Mis à jour

Les adversaires des Dodgers de Los Angeles n’ont qu’à bien se tenir s’ils souhaitent les renverser d’ici la fin de la saison ou en séries éliminatoires, car leurs canons sont déjà bien marche.

La troupe du gérant Dave Roberts compte sur quatre joueurs ayant atteint le plateau des 10 circuits en 2020, soit Cody Bellinger, Mookie Betts, Max Muncy et Corey Seager. 

En fait, les quatre hommes revendiquaient tous la dizaine de longues balles après 42 matchs et dans l’histoire des Dodgers, il s’agit du moment le plus hâtif pour retrouver les membres d’un quatuor avec 10 coups de quatre buts. 

Voilà ce qui explique en partie les succès du club qui détenait en date de lundi la meilleure fiche (30-12) du baseball majeur.

«Je travaillerais fort si je devais trouver une formation mieux équipée que la nôtre, a admis Roberts aux médias en fin de semaine, selon des propos rapportés par le quotidien "Los Angeles Times". Il y a de grosses soirées de certains gars. Souvent, il y a des coups sûrs importants et la défensive est solide.»

«Je ne crois pas qu’il y ait une partie durant laquelle nous ne considérons pas avoir une chance de gagner, a ajouté le voltigeur AJ Pollock. Je ne pense pas qu’on manque de confiance. 

«Nous savons que nous sommes toujours dans le coup et si nous pouvons placer quelques gars sur les sentiers, nous en avons d’autres pour envoyer la balle à l’extérieur du terrain.»

De grands coups

D’ailleurs, si les Dodgers veulent améliorer leur dossier et poursuivre le travail durant longtemps en éliminatoires, ils auront à transformer leurs nombreux coups sûrs en points, comme ils le font régulièrement. 

Présentement, ils affichent un différentiel de +98 en ce qui a trait aux points marqués et accordés. Los Angeles a totalisé 359 frappes en lieu sûr jusqu’ici, soit la septième meilleure récolte des majeures.

«On accomplit du bon travail quand vient le temps de vraiment causer des dégâts, pas seulement d’inscrire un point ici et là. 

«On a des joueurs capables de frapper la balle loin et c’est plaisant lorsque tout le monde roule à fond de train», a renchéri Pollock.