Canadiens de Montréal

«C’est une bonne décision de Bergevin»

Publié | Mis à jour

La série de deuxième tour entre l’Avalanche du Colorado et les Stars de Dallas présente un contraste dans la manière dont les deux clubs ont été bâtis.

D’un côté, les jeunes et talentueux «Avs». De l’autre, des vétérans qui donnent à la formation texane son identité. Parmi eux, un ancien porte-couleurs des Canadiens de Montréal : Alex Radulov.

Voyez les propos de Michel Bergeron durant le segment «Sans Filet» dans la vidéo, ci-dessus. 

Le directeur général du CH Marc Bergevin a causé une certaine surprise à l’été 2016 en rapatriant le Russe dans la LNH. Mais après son contrat d’une seule saison, le talentueux attaquant a décidé d’accepter une offre identique des Stars, soit cinq ans pour 31,25 millions $. 

Trois années ont passé et l’ancien des Remparts de Québec semble avoir perdu de son lustre. Pour les Canadiens, c’est tant mieux, croit Michel Bergeron.

«Je regarde Radulov depuis deux ans maintenant et il faut avouer que c’est de plus en plus difficile pour lui, a-t-il commenté au premier entracte du match de vendredi après-midi sur les ondes de TVA Sports. On s’en souvient, avec le Canadien, il avait beaucoup d’énergie et il était spectaculaire. 

«On pouvait l’employer de 15 à 18 minutes par match, et là c’est plus difficile pour lui. Si on regarde le temps qu’il reste à son entente à Dallas, c’est une bonne décision (de Bergevin).»

Des éloges pour Joe Sakic 

En ce qui a trait à l’autre équipe, «Bergie» se souvient de la première saison de Joe Sakic, l’actuel DG de l’Avalanche, avec les Nordiques de Québec. Il s’agissait d’une des pires de l’histoire de la concession à l’époque, mais il en a tiré plusieurs leçons pendant son parcours avec le Fleuredelisé, selon l’ex-instructeur en chef de la concession.

«Il a appris pendant le développement, raconte-t-il. Puis à l’arrivée de Mats Sundin, Joe était le meilleur et il a été nommé capitaine. On est ensuite allé chercher des joueurs d’impact et un excellent gardien à Québec.

«Maintenant Joe vit ça au Colorado. Il essaie de bâtir son club avec Mikko Rantanen et Gabriel Landeskog comme capitaine. Pas de vieux pitons! Il n’y a pas de Corey Perry qui voudrait s’amener pour tout régler dans le vestiaire. 

«Et si Joe et l’Avalanche vont chercher un excellent gardien de but, ils pourraient gagner la coupe...»