CYCLING-FRA-TDF2020-STAGE6

Crédit : AFP

Cyclisme

«On savait qu’il était costaud, mais il l’a fait»

Sportcom

Publié | Mis à jour

Le Kazakh Alexey Lutsenko a offert une première victoire à l’équipe Astana dans ce Tour de France 2020, jeudi, au sommet du mont Aigoual. Le coéquipier d’Hugo Houle s’est extirpé en solo de l’échappé du jour avec 17 kilomètres à faire dans cette sixième étape qui en comptait 191.

«L’ambiance est bonne et tout le monde est content, mais on n’a pas encore vu Lutsenko qui est encore dans les cérémonies protocolaires», a commenté Houle quelques instants après avoir franchi la ligne d’arrivée.

«Alexey a été très, très costaud aujourd’hui [jeudi] et il a su faire la différence au moment opportun. Chapeau à lui, c’est une impressionnante victoire. On savait qu’il était costaud, mais il l’a fait.»

Le peloton des meneurs a franchi l’arrivée avec un retard d’un peu moins de trois minutes. Le maillot jaune Adam Yates (Mitchelton-Scott) et le deuxième au général, Primoz Roglic (+3 secondes, Jumbo-Visma,) étaient du nombre. Houle (+9 min 09 s) a fini 59e du jour et pointe au 74e rang avec un retard de 37:38 au classement général provisoire.

«Il y a très peu d’équipes qui gagnent des étapes au Tour et souvent, ce sont les mêmes. C’est donc un très bel exploit pour nous aujourd’hui et il faut savoir l’apprécier. On travaille très fort pour ce genre de victoire et ça n’arrive pas souvent. Tout le monde est content et c’est une belle récompense», a poursuivi celui qui fête une première victoire d’équipe à sa deuxième participation au Tour.

Les célébrations devraient toutefois être modestes chez Astana, car la formation devra faire un transfert de 250 km avant d’arriver à l’hôtel où elle passera la nuit.

Flairer le bon coup

L’échappée du jour formée de huit cyclistes a pris naissance en début d’étape. Alexey Lutsenko, dernier à rejoindre les fugitifs, était le deuxième mieux placé au général dans ce groupe, derrière le champion olympique en titre, le Belge Greg Van Avermaet (CCC).

Lutsenko a pris la fuite à 17 km de l’arrivée pour rouler à plein régime sans se retourner. L’Espagnol Jesus Herrada (Cofidis) l’a pris en chasse, mais l’écart s’est maintenu à une vingtaine de secondes dans le très attendu col de la Lusette, qui comportait des pointes à plus de 11 % d’inclinaison.

«Avec des coureurs de cette trempe qui étaient devant, c’est évident qu’ils allaient faire une bonne compétition au peloton. Ç’a roulé vite, ils ont eu jusqu’à six minutes et demie d’écart et ils n’ont pas trop flanché dans la montée», a reconnu Houle, qui a bien entendu dans son oreillette les encouragements en russe du patron de l’équipe, l’ancien cycliste Alexandr Vinokourov.

«Ça met une belle ambiance dans l’équipe pour la suite du Tour, ça donne le moral et Miguel Angel Lopez est toujours devant.»

La septième étape du Tour s’élancera de Millau vendredi. Une arrivée au sprint est à prévoir à Lavaur 168 km plus tard.