Crédit : AFP

Séries 2020 de la LNH

MacKinnon espère un dénouement différent

Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Vendredi soir, lorsque l’Avalanche croisera de nouveau le fer avec les Stars de Dallas, la formation du Colorado tentera de devenir la 30e équipe de l’histoire de la Ligue nationale de hockey à remporter une série après avoir tiré de l’arrière 1-3.

Pour Nathan MacKinnon, il s’agira du troisième match ultime de sa carrière dans la LNH. Puisqu’il a été défait les deux premières fois, l’occasion serait belle pour briser la glace. 

« Évidemment, j’espère que ça va changer. Ce que je connais des septièmes matchs, c’est qu’ils sont les plus difficiles à gagner, a-t-il déclaré. Au moins, l’équipe s’est créé un momentum. »

MacKinnon a vu sa formation baisser pavillon dans un septième match face au Wild du Minnesota, lors du premier tour des séries de 2014, et devant les Sharks de San Jose, en deuxième ronde du tournoi de 2019.

« Il sera important de déployer le même effort et de jouer de manière tout aussi responsable. Par contre, connaître un meilleur départ ne ferait pas de tort », a ajouté la vedette de l’Avalanche.

Un exemple de ténacité 

Il ne devrait pas être trop difficile de trouver une source de motivation pour disputer cette rencontre. Toutefois, s’ils souhaitent se donner une dose supplémentaire, les joueurs de l’Avalanche n’ont qu’à s’inspirer de celui qui a remporté les deux dernières victoires de l’équipe: Michael Hutchinson, dont le principal objectif au moment d’arriver à Edmonton devait être de livrer de grosses performances... pendant les entraînements.

Pas sûr qu’en tant que troisième gardien, il croyait réellement que son entraîneur-chef pourrait faire appel à ses services. Et pourtant !

« Je suis content d’avoir cette occasion. Je savoure chaque instant », a déclaré Hutchinson, que l’Avalanche a acquis des Maple Leafs de Toronto à la date limite des transactions.

« Ma carrière est une longue aventure. J’ai été renvoyé dans les mineures et rappelé dans la LNH plusieurs fois, a raconté l’Ontarien. Il y a toujours de ces moments où tu te demandes si tu joueras un autre match dans la LNH. Dans ces moments, il faut continuer de travailler et ne pas oublier à quel point c’est plaisant de jouer au hockey. »

En quête de constance 

Mettre la rondelle dans le filet en supériorité numérique augmenterait également les chances de l’équipe de passer en finale de l’Association de l’Ouest pour la première fois depuis 2002.

Ça fait tellement un bail que Patrick Roy gardait les buts et que Joe Sakic, aujourd’hui directeur général de l’équipe, était la principale vedette offensive.

Depuis le début de la série, les hommes de Jared Bednar n’ont converti que trois de leurs 28 supériorités numériques (10,7 %)

« C’est certain qu’on peut faire un meilleur travail de ce côté, a reconnu Mikko Rantanen. On doit faire preuve de plus de constance. Encore ce soir, on a obtenu quelques bonnes chances de marquer, mais on n’a pas su en profiter. Il faut continuer de travailler. »