Crédit : Photo courtoisie

Tennis

Leylah Annie Fernandez comme dans un rêve

Publié | Mis à jour

La Québécoise Leylah Annie Fernandez disputera probablement le match le plus important de sa jeune carrière jeudi face à Sofia Kenin, au deuxième tour des Internationaux des États-Unis. Elle a d’ailleurs appris mercredi qu’elle fera face à l’Américaine sur le terrain principal à Flushing Meadows, le célèbre Arthur-Ashe.

«J’ai toujours rêvé de joueur sur le Arthur-Ashe un jour et ça arrive finalement, a admis en entrevue avec le réseau TSN celle qui aura 18 ans dans quelques jours. Et de jouer contre une championne de Grand Chelem, c’est un grand pas en avant.» 

Kenin n’est en effet pas n’importe qui. À seulement 21 ans, elle a remporté les plus récents Internationaux d’Australie, en février, et pointe désormais au 4e rang mondial.

Bien qu’elle ne l’ait jamais affronté dans la WTA, Fernandez connait Kenin pour l’avoir observé à quelques reprises. Elle admire surtout l’attitude de l’Américaine.

«Elle est toujours prête à se battre et c’est beau à voir. Je l’ai regardée s’entraîner il y a quelques années et elle a toujours la même attitude. Je crois que ce sera la même chose demain [jeudi] et je dois m’y préparer», a-t-elle indiqué.

De l’expérience en plus  

La Lavalloise n’a pas volé sa présence au deuxième tour, venant facilement à bout de Vera Zvonareva en deux manches de 6-4 et 7-5, mardi. Si Kenin sera le plus gros défi de Fernandez, elle a déjà affronté des adversaires de ce calibre auparavant, ayant déjà à son tableau de chasse Sloane Stephens et Belinda Bencic, parmi d’autres.

«Je dois aller sur le terrain et mettre en pratique mon entraînement et m’inspirer de ce que j’ai fait dans ces matchs du passé. Il va falloir répéter et répéter et continuer d’avoir confiance en moi», a exposé l’adolescente, qui aurait bien voulu jouer sur le Arthur-Ashe devant les amateurs.

«J’ai toujours voulu jouer devant la foule new-yorkaise et de voir ce qu’on ressent. [...] En espérant que la foule virtuelle sera de mon côté, mais on ne sait jamais», a souhaité Fernandez en riant.