Crédit : Jeffrey Swinger-USA TODAY Sports

MLS

Le Real Salt Lake accueille un visage familier

Publié | Mis à jour

Contraint de changer de visage après des allégations de comportements déplacés envers deux de ses dirigeants, le Real Salt Lake s’est tourné vers son ancien fondateur John Kimball pour assurer l’intérim, mercredi.

Visé par des allégations de racisme, le propriétaire Dell Loy Hansen a indiqué cette semaine qu’il comptait vendre le groupe Utah Soccer, qui contient la concession de la Major League Soccer (MLS), mais aussi celles des Royals de l’Utah (NWSL) et des Royal Monarchs (USL).

De plus, le chef de la direction des affaires d’Utah Soccer, Andrew Carroll, a décidé de prendre une pause après que plusieurs comportements misogynes et sexistes eurent été évoqués par les médias.

Dans cette tempête, Kimball occupera temporairement le poste de président du regroupement. Il a ainsi dû quitter pour un temps son siège de président de la Vivint Arena, l’amphithéâtre qui accueille le Jazz de l’Utah, dans la NBA.

Il avait préalablement passé une décennie avec le Real Salt Lake à partir de 2003, soit deux ans avant l’arrivée de l’équipe en MLS. Lui-même natif de l’Utah, Kimball œuvre depuis 25 ans dans le milieu du sport et du divertissement.

«John Kimball est un dirigeant sportif d’expérience qui amène un leadership et une stabilité extraordinaires à l’organisation, a dit par communiqué le commissaire de la MLS, Don Garber. John a été essentiel au lancement du Real Salt Lake et a des liens étroits avec le milieu du soccer local.»

Mardi, le circuit Garber a annoncé avoir engagé la firme d’avocats Sullivan & Cromwell LLP pour faire enquête sur les dossiers de Dell Loy Hansen et d’Andrew Carroll.