Impact de Montréal

Un manque de respect du Toronto FC

Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Clément Diop n’a pas été tendre à l’endroit du Toronto FC quand il a abordé le jeu truqué tenté sur un tir de pénalité avorté en fin de première demie.

Alejandro Pozuelo n’a pas tiré et a laissé le ballon pour Pablo Piatti qui s’est amené trop tôt pour le frapper.  

«Quand tu ne respectes pas le jeu, c’est ce qui arrive. Ils ont essayé de se voir trop beaux.»

«Ils ont été trop arrogants et ils ont payé le prix. Un penalty on le tire. C’est ce qui arrive quand tu ne respectes pas ton adversaire.»

Équipe unie

Autant Diop que Thierry Henry ont mis l’accent sur la qualité de la performance collective au BMO Field.

«Ça nous tenait à cœur de prendre notre revanche et de prendre les trois points, a insisté Diop. L’équipe a fait un grand match collectif.»

«On a été solidaires les uns des autres et on a démontré qu’on allait être ensemble quoiqu’il arrive.»

Henry a semblé particulièrement fier de voir ses hommes se serrer les coudes.

«On voulait montrer un autre visage et redresser la barre. On s’est battu en équipe. La dernière fois on est mort seul plutôt qu’en équipe.»

«Je crois que nous avons été la meilleure équipe ce soir», a ajouté le capitaine Jukka Raitala.

Du calme

C’était un des bons matchs de l’Impact, mais Thierry Henry a tenu à rester calme.

«Restons les pieds sur terre, ce n’est qu’un match. C’est vrai que ça peut être un match référence, mais on les rejoue bientôt.»

«C’est une équipe qui domine l’Association Est, on a énormément de respect pour eux. Il ne faut pas s’enflammer, ce n’est qu’un match, mais ça fait du bien.»

Et dans tout ça, Henry semble avoir trouvé ce qui est son meilleur XI avec la formation d’hier soir, la même qui avait battu Vancouver il y a une semaine.

«Ce n’est pas qu’une question de formation, on s’ajuste en cours de match. On a été courageux avec et sans le ballon.»

Il a insisté sur l’effort défensif qui a été différent de celui offert vendredi dernier.

«On a défendu vers l’avant et dans ce temps-là, tu joues vers l’avant.»