Boxe

«Si j'avais pu me couper le bras, je l'aurais fait» - David Lemieux

Publié | Mis à jour

David Lemieux a été forcé, en décembre dernier, d’annuler son combat contre l’Américain Tureano Johnson, qui devait avoir lieu au Madison Square Garden en demi-finale du choc entre Saul «Canelo» Alvarez et Rocky Fielding. Pour la première fois, le Québécois est revenu de vive voix sur toute cette situation. 

L'athlète de 30 ans a accordé une entrevue à Dave Morissette, diffusée lors de l’émission Dave Morissette en direct, jeudi. 

Il y a maintenant un peu plus d’un mois, Lemieux avait alors été hospitalisé pour des problèmes extrêmes de déshydratation une journée avant ce combat, qui devait avoir lieu chez les poids moyens (160 lb).

«J’étais prêt pour le combat, a tout d’abord indiqué Lemieux. En raison de la déshydratation, mon corps a arrêté complètement. C’est le pire scénario qui aurait pu se passer. C’est la troisième fois que je ne faisais pas le poids. [...] J’ai poussé à fond, mais à la fin, on parle de santé.»

Tout essayer

Et Lemieux a tout essayé pour pouvoir tout de même monter dans le ring au «MSG». Mais son corps en a décidé autrement.

«La déshydratation, ça se passe minute en minute, seconde en seconde, a expliqué Lemieux. Tout allait bien à la conférence de presse. Mon corps a vraiment mal réagi. On est presque arrivé à 160 lb. J’avais 0,5 lb de trop. Je suis allé me coucher. 

«Quand je me suis réveillé, c’était le pire scénario. J’étais en déséquilibre et très étourdi. Quand mon entraîneur m’a vu, il m’a dit qu’on s’en allait à l’hôpital. Je ne voulais rien savoir, je devais faire le poids. Crois-moi, j’ai fait tout ce que je pouvais pour ne pas avoir à annuler le combat. Tout. 

«Si j’avais eu à me couper le bras, je l’aurais fait. Ç’a été une bonne décision. J’ai eu des prises de sang et les médecins ont vu comment j’étais. Je voyais flou, j’entendais mal. Ça n’allait pas bien.»

Pas un manque discipline

Le boxeur de 30 ans insiste pour dire que ce n’est pas par manque de professionnalisme qu’il n’a pu respecter la limite de poids.

«Après Gary O’Sullivan, j’ai pris après une semaine de repos et je suis tout de suite retourné au gymnase, car je savais que je me battais en décembre, a confié Lemieux. Durant le camp, j’ai vécu une augmentation de poids qui a duré assez longtemps.

«Je faisais le double, des fois le triple de ce que je devais faire. Je m’entraînais vraiment fort. Ce n’était pas un manque de discipline. C’est mon corps qui a mal réagi.»

Par la suite, Lemieux, comme on peut se l’imaginer, a vécu des moments très difficiles.

«C’est la pire chose qui aurait pu se passer, a-t-il indiqué. J’étais tellement dévasté d’avoir laisser tomber mes fans qui sont venus pour me supporter, ma famille, mes amis, mon entourage qui croyaient (tous) en moi. [...] Des choses doivent changer et je vous promets que ça ne se reproduira plus.»

Outre une forte déception, le boxeur a également perdu beaucoup d’argent dans l’aventure.

Lemieux ne sait toujours pas s’il continuera dans la division des poids moyens (160 lb), même si c’est son souhait. Chose certaine, même si les choses ne se sont pas passées comme prévu le 15 décembre dernier, le Québécois ne lève pas le drapeau blanc.

À voir dans la vidéo ci-dessus.