Canadiens de Montréal

Les Canadiens en 2022-2023, ça fait dur

Publié | Mis à jour

Le Canadien a connu quelques moments agréables cette saison, notamment en février, et certains partisans trouvent du positif dans la course au premier choix du prochain repêchage, mais un fait demeure indéniable en dépit d’une progression notable depuis un an : la troupe de l’entraîneur-chef Martin St-Louis connaît franchement une mauvaise campagne.

Au lendemain d’une septième défaite consécutive, une dégelée de 8 à 4 subie lundi aux mains de l’Avalanche du Colorado (à voir dans la vidéo ci-dessus), le moment est propice pour rappeler quelques données illustrant les ennuis de la formation montréalaise.

-Cole Caufield en tête

Même s’il a disputé son dernier match le 19 janvier, Cole Caufield est encore le meneur de l’équipe avec 26 buts. Blessé à l’épaule, l’Américain a eu besoin de seulement 46 rencontres pour offrir cette récolte, sauf que ses coéquipiers n’ont pas suivi le même rythme de croisière. Nick Suzuki est deuxième avec 21 filets, tout juste devant Josh Anderson qui a atteint la vingtaine, lundi. Les deux hommes ont encore 15 parties pour devancer le numéro 22.

-Des blessés

En date de vendredi, le Canadien dominait la Ligue nationale de hockey avec 540 hommes-matchs manqués pour cause de blessure cette année, selon le site mangameslost.com. Les Maple Leafs de Toronto sont deuxièmes à 467. Pendant ce temps, l’infirmerie des Rangers de New York (37) est passablement tranquille. Comme ce fut le cas en 2021-2022, le personnel médical du CH est donc très sollicité, ce qui a d’ailleurs soulevé des interrogations du directeur général Kent Hughes à son sujet.

-Des ennuis contre la section Atlantique

Le Bleu-Blanc-Rouge est particulièrement atroce contre ses rivaux de section, ne comptant que quatre petites victoires. De ce total, notons les deux gains acquis lors de visites des Leafs au Centre Bell. Pour le reste, rappelons qu’il a subi le balayage dans sa série annuelle de quatre confrontations face aux Sénateurs d’Ottawa. De plus, il a été rossé 13 à 4 au chapitre des buts dans ses deux joutes contre les Panthers de la Floride. La fiche globale du CH à l’intérieur de sa division : 4-12-1.

-Deux longues séquences de défaites

Mardi, la Sainte-Flanelle devait tenter de sortir de sa torpeur en visitant les Penguins de Pittsburgh. Elle vit sa deuxième série de sept défaites de la saison, car la période des Fêtes a été tout sauf synonyme de célébrations. Les hommes de St-Louis a notamment encaissé une volée de 9 à 2 chez les Capitals de Washington la veille du Nouvel An au cours de la disette s’étant étalée du 21 décembre au 5 janvier inclusivement.

-Des meneurs discrets

Contrairement à la plupart des meneurs des autres formations pour le total de points inscrits, Suzuki n’a pas encore atteint la soixantaine. Le seul représentant de l’équipe au dernier match des étoiles en revendique 51 après avoir obtenu deux mentions d’aide pour mettre un terme à une série de trois rencontres sans point, lundi. Le tout témoigne bien des ennuis offensifs du club, qui affiche la cinquième pire moyenne offensive de la ligue avec 2,69 buts marqués par sortie. À 16,1 %, son avantage numérique détient le 30e rang.

-Pénible à l’arrière

Quand on utilise plusieurs recrues en défense, il faut s’attendre à vivre avec leurs erreurs d’apprentissage et le Canadien n’échappe pas à la règle. L’équipe en arrache notamment en infériorité numérique, occupant l’avant-dernier échelon à 72,9 %. Au plan individuel, Kaiden Guhle présente le pire différentiel des siens à -19, même s’il a manqué plusieurs semaines de jeu à cause d’une blessure au bas du corps.